Péripéties crétoises 2

Par défaut

Ils sont partis……….
Je reste seul dans cette maison enclavée dans cette oliveraie.
Pour descendre vers la petite ville de Sitia, je dois faire au moins trois kilomètres et peut-être plus.
De toutes façons je suis très bien ici. Il n’y a personne dans les environs.
De temps à autre passe sur la petite route de terre située plus haut, la noria des camions des éboueurs qui s’en vont déverser des tonnes de déchets puants quelque part en contre bas.
J’avais déjà remarqué le nombre insensé de mouches qui nous tourmentait au moment de faire la pause.
Bon, d’accord les effluves des poubelles ne viennent pas flatter mes narines jusqu’ici.
D’ailleurs, je n’avais pas vu au début qu’il y avait un dépôt d’ordure pas loin des plantations d’oliviers.
J’avais fais la visite de mon « domaine » que le jour où pour certaines raisons, nous n’avions pas pu gauler les arbres.
C’est en me promenant, que je suis tombé nez à nez (je dirais à plein nez) devant cette masse de déchets indescriptibles qui dégoulinait jusque devant une pauvre petite plage rachitique.
Tout ceci n’étant guère bucolique. Ce n’est pas la belle carte postale pour touristes.
Mais comme j’avais souvent un vent contraire ou un odorat médiocre, les senteurs nauséabondes m’étaient épargnées. Quand je disais que j’étais seul ce n’est pas tout à fait vrai, car il y a un chat siamois qui occupe la maison.
Et pour passer les soirées, c’est limité au niveau de la conversation.
Mais il est mignon et gentil et très propre car il va souvent chier dans les cendres encore chaudes de la cheminée. J’aime moins quand il ébroue ses pattes car alors il soulève un nuage de poussière.
J’ai une télé mais qui donne invariablement le même programme.
Quand tu l’allumes tu ne vois que de la neige.
Mon lit est particulier, il se compose de cinq ou six matelas l’un sur l’autre .
Comme je n’ai pas encore eu le temps de les enlever (nous sommes en pleine période de cueillette d’olives)
Je dors tout bonnement au dessus.
Ça me fait songer à ce fameux conte d’Andersen : La princesse au petit pois.
À travers une douzaine de matelas, elle sentait toujours ce petit pois qui lui pinçait cruellement les fesses.
Moi ce n’est pas mal aux fesses que j’ai mais plutôt aux bras à force de frapper l’olivier.
L’autre jour, ce chat m’a fait hurler de rire, quand je l’ai vu se mettre à l’autre bout de la table.
C’est une très longue table qui sert de table de réfectoire quand c’est l’heure de la pause.
Il était assis sur une chaise et mangeait dans sa gamelle que j’avais déposée devant lui.
Moi faisant de même avec ma soupe de fasolada.
Il me regardait d’un air si comique et intelligent.
Quoiqu’il en soit, pour trouver mes semblables je dois faire au moins six kilomètres.
Et je suis très bien avec ce chat. (Ce chat sied à moi ?)
Encore un truc rigolo, figures toi que ce chat dort dans mon lit et le matin il se couche sur ma figure comme pour me dire…..Allez, zou, lève toi, il y a le boulot qui t’attend !
Souvent je me réveille avec le glou glou glou  tonitruant des dindons que la patronne a mis dans la serre aux bananiers qui jouxte la maison.
Drôle d’idée de mettre ces volatiles dans cette serre.
Elles sont tellement voraces qu’elles vont finir par bouffer les bananiers, les bananes et les épluchures incluent. Au départ elles étaient là pour faire office de tondeuses en mangeant les mauvaises herbes entre les bananiers, mais elles ont trop bien fait leur boulot car plus rien ne pousse après leur passage.
C’est les Gengis Khan des gallinacés. Mais voila que j’entends le tracteur de Manoli qui amène les ouvriers pour une nouvelle journée.

 Je vous raconterai la suite une autre fois.

 

Publicités

Une réponse "

  1. je ne comprends pas bien ! Tu es, sur ce récit, dans un domaine agricole ? Tu n\’es pas au monastère ? Le chat, les dindons, Gengis Khan… et la princesse au petit pois ! ….Je me souviens de cette histoire…Tu sais qu\’on peut être parfois "le petit pois" de quelqu\’un ? personnellement, malgré leur coût élevé, je n\’aime que ceux de chez Cassegrain !AU SUIVANT.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s