Je suis un très grand distrait

Par défaut
Je suis un très grand distrait.
Je suis distrait mais je me soigne, malheureusement il n’existe pas encore de médicament contre la distraction.
Ma distraction m’a souvent joué des tours.
Soit en me trouvant dans des situations compliquées ou alors en étant l’acteur d’incidents parfois rigolos ou absurdes.
Je m’en vais vous narrer deux cas typiques.
Il était une fois, (vous voyez, ça commence comme dans un conte de fée !)
Il y a quelques années de cela, pour une raison que j’ignore, j’avais égaré ma carte d’identité.
Rien de bien grave car en réalité, il suffisait d’aller au commissariat de police pour en déclarer la perte.
Je déclarai donc la perte du susnommé document à l’officier de police qui me remit un papier provisoire figurant la preuve de la perte de ma carte d’identité.
Ce papier restant valable une quinzaine de jours, pour permettre ainsi à l’administration de vous refaire une nouvelle carte.
Pas de chance, deux jours après, ne voila-t-il pas que j’égare cette preuve de la perte de ma carte d’identité !
Je retourne dans le même commissariat pour expliquer mon désarroi.
Bon, je vous fais un nouveau papier en vitesse, mais faites attention la prochaine fois ! Me dit l’officier de police entre deux tartines de salami et une gorgée de café, car il était pratiquement midi.
Voyant le beau temps de cette journée, je décide d’aller faire un peu de lecture dans un parc.
Je repars chez moi, tout content et joyeux de cette belle promenade.
Arrivé à la maison, je constate que je n’ai plus le livre
Mais où est mon livre ? Zut, je l’ai oublié sur un banc du parc avec…la preuve de ma preuve de ma perte d’identité ! (Je m’étais servi de ce papier comme d’un signet.) Personne n’avait vu ce livre dans le parc. Ça se complique donc !
Le lendemain, je redirige mes pas vers le commissariat (je connaisais à présent le chemin par cœur)
Bonjour m’sieur l’agent, j’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer.
Malencontreusement, j’étais tombé sur le même policier que l’autre jour.
Lorsque je lui expliquai la raison de ma venue, il m’avait scruté de près pour voir à quoi pouvait bien ressembler quelqu’un qui vient chercher , non plus un duplicata, mais un ‘triplicata ‘…Un phénomène !
Comment cela vous avez perdu ce papier ? Mais que faites vous avec, vous les vendez ? Ce n’est pas possible autrement !
Bon, je vous fais encore un papier, mais c’est incroyable cette histoire, il  faudrait vous le faire tatouer ou quoi ?
Je m’en vais chez moi en serrant très fort, ce précieux document, ce triplicata.
Ouais, il y a des jours, ou vous avez la poisse, c’est la loi des séries !
Car en fait, ce papier que je tenais contre moi, n’était pas le papier ad hoc mais une vieille liste de course que j’avais été faire, vu que le document administratif, je l’avais jeté à la poubelle (et je ne me souvenais plus où) croyant avoir affaire à la liste de course obsolète.
Oui, je sais, ça devenait de l’ordre du pathologique.
Je pris mon courage à demain et mon porte monnaie pour payer l’amende que je n’allais tarder à payer.
 Lorsque l’agent me vit à nouveau franchir le seuil de son bureau, il n’en croyait pas ses oreilles, et il s’était fâché tout rouge.
D’autant plus que je lui donnait l’impression de considérer toute cette affaire comme quelque chose d’anodin ou de banal.
Sans doutes à cause de mon petit sourire narquois
Suite à cela, il me fit payer une amende assez salée, (dix fois le tarif d’une
carte d’identité c’était le prix à payer pour ma distraction)
Un autre cas intéressant où je me surpassai, fut lors d’un voyage en Bretagne que je fis en compagnie de mon père ( je devais avoir 13 ou 14 ans)
Ma valise était prête et contenait un certain nombre de vêtements.
Pour certaines raisons, ma mère était restée à Blankenberge avec mes deux sœurs, tandis que moi je partais avec mon père et deux cousines dans le beau pays de l’Armorique.
Je vous raconterai une autre fois ce périple que je fis et qui m’émerveilla pendant de nombreuses années.
Tout au long du séjour, je n’arrêtai pas de perdre des choses, un jour un ticheurte, une autre fois un essuie, mes espadrilles etc.…
A la longue ma garde robe diminuait comme une peau de chagrin.
C’est pas possible d’être distrait à ce point, fais gaffe, bon sang, me disait mon père.
Heureusement que notre séjour en France ne durât qu’un mois.
Car figurez vous que j’avais trouvé le moyen d’égarer mon pantalon (le dernier qui me restait) sur une plage, lors de notre dernière baignade avant de retourner en Belgique.
Et c’est sans mon pantalon et en caleçon que je retraversai la frontière Française !
Des fous rires m’accueillirent à Bruxelles, lorsque je racontai mes péripéties diverses et multiples.
En tant que distrait je devais pouvoir obtenir des qualifications.
Mon maître es- étourderies était à l’époque Pierre Richard, que j’avais été voir
dans le film : Le distrait …..  comme quoi certaines vocations !
Publicités

"

  1. C\’est pas Pierre Richard ton maître es- etourderie, c\’est toi qui le bat au poteau, toutes catégories d\’étourderies confondues !
     
    Tu m\’as vraiment fait rire avec la cerise sur le gateau : la liste de courses précieusement gardée en main !
     
    Et tu vois comme avec le temps tu t\’es amélioré, tu n\’as perdu, il y a peu , qu\’une seule  x ton abonnement de bus !!!
     
    Et heureusement que tu as un pc-maison et non un portable………………………
     
     

  2. Bonjour! je me permets de déposer un petit "com" Vous m\’aviez écrit un jour au sujet de ma date 1852 (anniversaire)
    Vous avez une belle plume ! j\’ai lu quelques billets..
    et, ici,  je retrouve un distrait (ce que je n\’aurais jamais imaginé en lisant vos billets si précis!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s