Péripéties crétoises 62

Par défaut
Je suivais donc le petit chemin sinuant à travers le rivage. (voir billet n:61)
La particularité de cette plage c’était son sable noir, qui me paraissait tel le négatif d’une plage  luisante sous le soleil.
Un intense activité volcanique avait peut être été la cause de la couleur inhabituelle de l’arène.
(Je pense en autre à cette explosion du volcan de l’île de Santorin qui en 1650 avant notre ère, avait dévasté une grande partie de la Crète et mis un terme à la grande civilisation minoenne.
(On commence à cerner la date exacte de ce cataclysme.
De plus amples renseignements peuvent se trouver dans des revues spécialisées ou dans des livres parlant de ce sujet.)
Concernant la coloration significative de l’arène qui serait du à une activité tellurique ou volcanique, cela n’est pas si probant, d’autant plus que la façade sud est de la Crète, voisine de la Libye fut relativement protégée à l’époque de ce cataclysme, et que l’on trouve des plages de sable noir dans des endroits aussi différents ou éloignés que, La Camargue ou sur l’île de Mayotte dans l’archipel des Comores.
Outre la singularité de cet endroit, je remarquais au loin, comme une étrange habitation que l’arène semblait avoir en partie recouvert
La lumière verticale et scintillante de cette journée d’été, qui se réverbérait sur la plage, m’obligeait à cligner des yeux comme dans un rêve, ce qui donnait à l’ensemble un aspect fantastique à l’instar de vestiges intemporels d’une Pylos des sables.
Sans compter la chaleur environnante qui vous enveloppait, ce qui accentuait le côté ‘ expédition dans des contrées lointaines et inconnues ‘
Je compris plus tard ma méprise.
En fait de demeure, il s’agissait d’une petite chapelle posée tel un coquillage gigantesque sur ce rivage perdu.
Je laissais cet étrange monument, en me disant que décidément les crétois érigeaient leurs temples dans des endroits vraiment inhabituels.
Pour qui cette minuscule église, juste assez grande pour faire tenir trois ou quatre personnes en son sein, avait elle été construite ?
Les sporadiques barques de pêcheurs où les rares touristes venus éprouver leurs mollets dans ce lieu erratique et sauvage ?
Derrière la chapelle, j’aperçu ce raidillon qui nous promettait une belle escapade, hors des sentiers battus.
Et, je ne fus pas déçu.
Imaginez une promenade sur la crête d’une falaise, qui par endroit était  juste assez large pour y mettre l’empreinte de sa semelle.
Bien heureusement tout le trajet ne s’effectuait pas dans de telles conditions vertigineuses, il n’était donc pas nécessaire d’être un fildefériste chevronné pour accomplir ce périple sans se rompre le cou ou se fendre le tibia.
Parfois, un arbre gisait au milieu du chemin, ce qui accentuait le suspens, le coté explorateur !
Le seul point de repère, comme je vous l’ai indiqué plus haut, c’était les petites pilules de crottes laissées par les chèvres sauvages (que l’on nomme par ici : les krikri)
Après trois ou quatre heures de marche sur un chemin malgré tout très agréable, car souvent l’ombrage des arbres m’accompagnait,  je parvins au village de Chora Skafion…..

Publicités

"

  1. Rien de tel que de quitter les sentiers battus pour découvrir de nouvelles beautés.J\’ai chez moi de ce sable noir.PS: Nous allons à Santorin du 12 au 19 mai.

  2. Les petites crottes : des krikri…..! il me semble que certaine lectrice ainsi te nomme !!! o) o)Mais sur la plage de sable noir, comment distinguer les fameuses petites crottes ?? Ne sont-elles pas noires aussi ?Bonne route, fier cabri !

  3. marcher sur des sentiers de gattes……………..ouh, le vertige…..Oui, c\’est en randonnant de la sore qu\’on trouve des coins époustoufflants………………Beau récit.A+

  4. dis donc !! christian, heureusement qu\’il y avait des crottes krikris de chèvres !! c\’était comme les pierres du petit poucet!! amitiés mon ami!!!!

  5. La fameuse explosion aurait été décrite dans l\’ancien testament ! voir les 7 plaies d\’Egypte ! Où une pluie de poussières s\’abattit ! Très probable puisque les archéologues ont découvert que ces fameuses particules avaient un lien identique et conduisait directement vers Santorini ! Tu verrsa, Michel, vous ne serez p

  6. Non mais, késako ce net, mon com s\’envole comme une poussière sortie d\’un volcan ! Je disais à Michel (pour faire simple) qu\’il ne serait pas déçu de son périple ! surtout s\’il quitte les sentiers battus du tourisme !

  7. toujours aussi bon conteur, christian!on te suis bien sur ce petit raidillon,pour découvrir des merveilles! le sable noir donne une impression bizarre d\’irréalité! j\’en ai vu aussi a la

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s