Péripéties crétoises 66

Par défaut

En vous causant fréquemment du patelin de Agios-Spiridon, j’oublie de vous narrer mes
péripéties concernant celui de Epano-Episkopi,

(situé juste en bas de la route Sitia-Iérapétra) où j’ai vécu pendant un certain nombre de mois.

Le souvenir de mon passage ayant du faire quelques remous dans cette brave localité, ce village crétois torréfié par la chaleur, qui somnolait innocemment, juste avant mon arrivée !

L’endroit, s’enorgueillissait de posséder trois cafénéions.

D’abord, celui du bas de la route, qui se cachait, se camouflait à moitié, sous d’épais pampres de vignes.

Vous auriez pu passer maintes fois devant, avant de vous apercevoir que c’était un bistro, car il n’y avait aucune publicité extérieure.

A part quelques chaises, deux ou trois bacs de bières vides, une selle posée contre le mur et qui terminait de cuire sous le soleil.

C’était le paletot de la mule de Yannis.

Les clients étant  pour la plupart des habitués du coin, et sporadiquement des gens de passage.

Sur le haut de la route se trouvait le deuxième troquet qui servait de relais pour les routiers.

J’aimais bien m’installer le soir sur la terrasse.

Je passais des heures à observer les camions qui descendaient de la colline à l’instar d’une retraite aux flambeaux.

Vous les voyiez disparaître au loin, derrière la montagne, perdus dans les multiples entrelacs de la route, et puis surgir tout à coup dans leurs fantastiques rutilances.

Vous auriez crû de gigantesques vaisseaux
enluminés qui doucement glissaient vers vous.

Dans les virages, les klaxons résonnaient telle une corne de brume ou la clameur d’un animal fantastique.

Des dragons mythologiques et bariolés, qui en passant près du cafénéion, vous gratifiaient au passage de leur souffle puissant et odorant.

Vous allez dire que prendre des camions pour des dragons rutilants ou de fantastiques vaisseaux enluminés, présupposait que je ne devais pas boire uniquement que de l’eau !

Mais en Crète, les soirées pouvaient être mystérieuses et magiques.

L’air était chargé de l’âme minoenne et emplissait de musique et de poésie, les esprits, ainsi que
les lyres que l’on entendait striduler joyeusement un peu partout.

Un concert que l’on percevait distinctement et qui semblait proche, se donnait en réalité, loin
dans la montagne, mais les sons nous parvenaient comme de merveilleux messages de bonheur.

C’étaient les rumeurs d’une vie terrestre et insouciante, après le labeur.

Le troisième
cafénéion, se trouvait dans le haut du village, près de l’église.

Après la messe, c’était le lieu de rendez vous des fidèles, (fidèles au raki ?) mais également
celui d’aspirants officiers, car à Epano-Episkopi, il y avait une école de gendarmerie. (de formation de gendarme)

Trois bistrots, deux églises et une école de gendarmerie, c’était le tiercé gagnant !

Comprenez qu’avec les apprentis gendarmes, on ne soufflait pas souvent dans le ballon, mais on le buvait  plus volontiers !


( Photo de cafénéion grec)

 

Publicités

"

  1. très typique et plein de charme ce village…………………………..Et pas de prunes des gendarmes……………Beau récit, ça donne envie de s\’y perdre!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. J\’adore tes récits, dictionnaire à mes côtés, car je viens de chercher pampre et minoen…merci pour ton écriture foisonnante de beaux mots…Tes textes se lisent avec plaisir, et en plus je découvre un monde inconnu…super.@ Pipoune, toujours le petit clin d\’oeil d\’humour, super aussi!

  3. Tu racontes………… et je bois tes récits *sourire*C\’est fantastique, car si loin———— aux antipodes d\’un monde "vite et encore plus vite" !Merci mon cher Ami, pour cette pause plus qu\’appréciable…Grosses bisesMichèle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s