La journée du dialogue du 17 octobre

Par défaut

MES CHERS AMIS DU BLOG

₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪

Ce samedi 17 octobre, j’avais été invité dans le cadre de mes cours de
néerlandais à : La journée du dialogue.

Le rendez vous se situait dans ma commune à 14h30.

Comme je résidais pas très loin, à peine dix minutes à pieds, je
considérais cela comme une opportunité de rencontrer des gens.

L’endroit était une sorte de potager le long la voie ferrée.

( et j’aime beaucoup la voie ferrée, surtout la voix de ferré )

Je fus agréablement accueilli par Achmoud, un iranien qui parlait un
néerlandais impeccable, qui m’avait ensuite présenté les autres personnes
participant à cette journée spéciale.

Présumant que tout se passerait en langue néerlandaise

Mais, nous nous sommes retrouvés avec Youssef, un charmant monsieur
araméen, Bruno, un sculpteur d’origine française, Marcel, un ancien mineur de
Charleroi de 80 ans ( ils sont rares !) qui était venu habiter à Bruxelles,
sous les insistances de sa petite fille, mais qui regrettait le temps où il
vivait encore dans sa région.

« Les gens chez moi à Charleroi, communiquaient plus facilement
entre eux, disait il.

Ici à Bruxelles, c’est un peu chacun pour soi.

Constat qui pourrait se faire un peu partout dans les grandes villes,
quoique des tentatives de communication sont faites ( exemple, cette journée du
dialogue qui fut aussi la journée du refus de la misère.)

Marcel, racontait sa fonction dans la mine.

J’étais boutefeu,* c’est-à-dire, on devait creuser des nouvelles galeries.

 J’utilisais de la
dynamite, c’était un boulot à risque, fallait pas traîner dans la secteur !

Mais explique donc, ce que tu fais maintenant demandait Bruno, le
sculpteur.

Oh bon ! répondait il , disons je fais du fusain, des dessins au
crayon etc…

C’est pour passer le temps, car à force d’être enfermé sous terre, j’avais
envie d’espace et d’air, c’est pourquoi, je me suis mis à faire des marines, je
ne peins pratiquement que cela.

Donc, en fait, vous travaillez encore et toujours à la mine, lui dis je
avec humour !

Oui , on peut dire cela , rétorquait il.

Autour de cette table improvisée, (nous avions disposés des chaises sous
une petite marquise)

Il y avait aussi, une jeune étudiante en sciences sociales et en relation
humaine au sein de l’union européenne (enfin du moins ce dont je me souviens)

Deux autres personnes responsables du projet de la journée du dialogue,sans
oublier cette dame un peu timide, n’osant s’exprimer et qui était venue par
hasard pour planter son ail.

Oh, moi, je n’ai rien à dire, je n’étais pas au courant et puis je ne
sais pas parler en public, je viens pour le jardin, c’est tout !

Car, il fallait sommairement se présenter.

Bonjour, je m’appelle Christian, et vous ? disais je à Youssef, ce
monsieur araméen qui ne comprenait apparemment pas grand chose au français.

 Il faut reconnaître que personne
ne pratiquait l’araméen autour de cette table, excepté Youssef.

Moi, orthodoxe me répondait il avec un large sourire.

 Je ne vous demande pas votre
religion mais votre nom, je m’appelle Christian et vous ?

Moi , orthodoxe, continuait il de répondre.

En fait, il croyait que je disais que j’étais chrétien, en conséquence
de quoi, il ajoutait, moi orthodoxe etc….

Un vrai dialogue de sourds.

 Cela me rappelle une anecdote
dans le resto de Stéllio, un ami grec, qui ne parlait guère mieux le français,
après avoir vécu trente ans en Belgique.

IL y avait une carte postale avec la photo d’un chameau , collée sur la
vitrine du bar, un client s’approche et demande à Stéllio, c’est quoi ça, une
carte postale ?

Non, c’est un chameau ! répondit Stéllio, le plus sérieusement du
monde. Et le contraire était possible aussi : C’est un chameau ça ? non
c’est une carte postale !

Nous continuâmes ainsi à discuter et à faire connaissance jusqu’à 16h30,
ensuite, nous fûmes tous conviés à faire la fête sur un bateau arrimé au quai
Béco, près du métro Yser, pas loin du canal de Willebroek.

Youssef et la dame à l’ail restèrent au potager.

Dans le bateau nous fûmes accueillis par le capitaine arborant son plus
beau costume (avec les galons, plus sa casquette blanche, le grand chic quoi !)

Les boissons étaient gratuites plus les petits grignotages, nous eûmes même
droit à une coupe de champagne.

A bord, il y avait un groupe de salsa qui mettait de l’ambiance. Puis le
bateau s’est mis à voguer sur le canal, c’était féerique.

Voila donc brièvement cette journée du dialogue.

C’était très réussi, le tout dans une ambiance vraiment amicale, loin
des soucis quotidiens.

₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪

« *Les
boutefeus, dit aussi dynamiteurs, chargent les explosifs, préparent les amorces
et provoquent l’explosion des charges en fonction des parties de terrain que
l’on désire faire exploser et de la fragmentation de roches que l’on souhaite
obtenir. Les boutefeus s’occupent de la manutention, de l’entreposage et du
transport d’explosifs et des accessoires conformément aux règlements et
veillent à respecter les procédures en  matière de sécurité. Ils
effectuent des calculs mathématiques en vue de déterminer la vibration des
roches et mènent des essais sur le terrain pour déterminer le type et la
quantité d’explosifs requis » ( vu sur le net)


Publicités

"

  1. une journée dialogue bien rempliemalgré quelques dialogues de sourdsla communication semblait passer c\’est sûren plus sur un air de salsa tout semble plus cooln\’est-il pas????les journées dialogues se perdentelles sont pourtant d\’une grande richessebisous et bonne soirée à toi

  2. bien apprécié ton histoire et je n\’ai pu empêcher mon esprit frondeur ou malicieux, si tu préfères, de sourire à la fin : le rythme de ton histoire m\’a fait penser à celle-ci : le loup, la chèvre et le chou ! (je ne sais pas dans quel ordre !) C\’est bête, hein ? "Youssef et la femme à l\’ail restent dans le potager, les autres dont toi, montent dans le bateau, le capitaine devait être là juste pour faire passer la rivière"… tu vois où je veux en venir ? hi hi hiJe suis bête quelquefois. N\’empêche que j\’ai trouvé ce compte-rendu très intéressant ! Oui oui ! c\’est vrai ! Bisous Christian. Je te rassure, je n\’ai bu QUE de l\’eau ce soir. Pétillante, mais de l\’eau !

  3. Belle journée, il en faudrait plus de ces journée du dialogue. C\’est presqu\’en voie de disparition, le dialogue. Que cela soit entre voisins, entre couple, entre parents-enfants, il céde la place au monologue.Allez messieurs dames, un petit effort, ayont moins peur des autres.Salut Christian.

  4. J\’ai ajouté une photo. La journée du dialogue. de gauche à droite : Achmoud, moi, Youssef, une responsable de la journée dialogue,une étudiante en sociologie, Bernard qui est agronome , une autre personne responsable du projet. Ici , nous sommes dans un jardin potager communautaire, situé le long de la voie ferrée, pas loin de la gare d\’Etterbeek.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s