Pas de fleurs et du cognac pour le poète

Par défaut

Le mystérieux visiteur nocturne n’est pas venu fleurir la tombe d’Edgar Poe

Un mystérieux visiteur nocturne qui chaque année dépose des roses et
une bouteille de cognac entamée sur la tombe du poète américain Edgar
Poe le jour de son anniversaire a manqué mardi à la tradition pour la
première fois depuis au moins 60 ans.

AFP – Un
mystérieux visiteur nocturne qui chaque année dépose des roses et une
bouteille de cognac entamée sur la tombe du poète américain Edgar Poe
le jour de son anniversaire a manqué mardi à la tradition pour la
première fois depuis au moins 60 ans, a indiqué un membre de la Poe
Society.

"Il n’est pas venu ce matin", a dit Jeffrey Savoye, le secrétaire et
trésorier de la "Poe Society" qui compte 380 membres, admirateurs de
l’écrivain répartis partout aux Etats-Unis et dans le monde, dont
plusieurs en France où ses oeuvres ont été traduites par le poète
Charles Baudelaire au 19e siècle.

"Généralement il venait entre minuit et cinq heures du matin" dans
le petit cimetière de Baltimore (Maryland, est) le 19 janvier, depuis
au moins 1949, a-t-il expliqué à l’AFP, notant que cette année-là a
marqué le centième anniversaire de la mort de Poe.

Une cinquantaine de personnes ont attendu toute la nuit de mardi à
mercredi, dans le froid, sur le trottoir longeant le cimetière, mais en
vain, a précisé Jeffrey Savoye.

Plusieurs de ces personnes étaient venues de loin aux Etats-Unis
pour ce pèlerinage qui cette année marque le 201e anniversaire de la
naissance d’Edgar Allan Poe.

"Autant que je sache, le rituel a eu lieu tous les ans sauf cette
année", a relevé le secrétaire de la Poe Society, informaticien de
profession.

Le visiteur a peut-être renoncé à la tradition car il est de plus en
plus difficile d’entrer en toute discrétion dans ce cimetière entourant
une église alors qu’une petite foule de gens attend pour voir ce rituel
désormais célèbre, a-t-il supputé.

Jeffrey Savoye, membre de la "Poe Society" depuis 1983, a dit que
son groupe n’avait aucune idée de l’identité du visiteur. Il y a
quelques années, un message laissé sur la tombe indiquait que celui qui
avait commencé cette tradition en 1949 était décédé mais que le rituel
annuel se poursuivrait.

"Nous présumons aussi à partir de ce message que ce sont deux fils
de cette personne qui ont repris le flambeau", ajoute-t-il. "Mais nous
ne savons pas qui ils sont".

( article trouvé sur le net)

Publicités

"

  1. et puis, imaginons qu\’ils en aient marre d\’être surveillés et peut-être pas envie d\’être découverts (si ce sont les fils de ce mystérieux admirateur. Et pourquoi pas une femme, d\’ailleurs ?) Ou alors, l\’envie d\’épaissir le mystère, de le développer, …. ils ont réussi puisque "qu\’ici", nous n\’étions pas au courant !!! (rires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s