poème de Charles Péguy

Par défaut

 

La mort n’est rien, je suis seulement passé, dans la pièce à côté.

Je suis moi. Vous êtes vous.

Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

 Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné,

parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.

N’employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel ou triste.

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

que mon nom soit prononcé à la maison

comme il l’a toujours été, sans emphase d’aucune sorte,

sans une trace d’ombre.

 La vie signifie tout ce qu’elle a toujours été.

Le fil n’est pas coupé.

Pourquoi serais-je hors de vos pensées, simplement parce que je suis hors de votre vue ?

Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin.

Publicités

"

  1. Pour une raison qui m\’échappe, le billet précèdent était impossible à ouvrir ( d\’après Marie Pipoune)Voici donc, le poème de Charles Péguy.

  2. C\’est si vrai ces paroles. Personne ne meurt vraiment tant que l\’esprit et le coeur de ses proches continuent à conserver son souvenir.Beau dimanche chez toi Christian

  3. j\’ai déjà lu ces paroles elles sont très belles !et pourtant il doivent partir de l\’autre côté ! il faut accepter petit à petit la réalité mais j\’avoue que c\’est dur et pour toi qui vis des heures pénibles ! c\’est un encouragement ce fil qui semble encore la retenir ! courage christian!!

  4. toutes mes pensées affectueuses christian, le fil n\’est jamais coupé avec les êtres qui nous sont chers, les sentiments et les souvenirs restent au-delà de la mort!tant que vous l\’évoquerez, elle sera présente!je t\’embrasse!joe

  5. Il parle "vrai" ce poeme….on peut etre mort mais vivant dans les coeurs, c\’est beaucoup plus joyeux que d\’etre en vie mais de vivre "mort"….bisous Christian, paix à son âme.Bel hommage en tout cas.

  6. Je rentre à l\’instant ! Christian! je suis boulversée par cette nouvelle … J\’avais suivi, avec toi, cette malheureuse évolution . Mais on se fait difficilement à l\’épreuve finale .

  7. Et cependant, le plus bel hommage à l\’être cher que l\’on perd, n\’est-il pas de continuer à vivre et que le coeur reste le plus bel écrin pour l\’être disparu. Elle reviendra chanter à tes oreilles, elle te parlera des moments heureux, des instants complices partagés . On te verra sourire … On se dira il sourit aux anges .

  8. Désolée Christian !pour ces 2 messages … J\’ai dû couper … il ne passait pas … Faudra bientôt écrire en style télégraphique ou en sténo !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s