Suggestion de livre : Tibulle à Corfou

Par défaut

Tibulle à Corfou par Lucien d’Azay


Du plus loin qu’on s’en souvienne, Tibulle était un jeune homme élégant, ténébreux, spirituel, délicat et très beau. Et l’un des poètes élégiaques les plus importants de la Rome antique. Après une brève et douloureuse carrière militaire, qui l’amena en Aquitaine mais aussi à Corfou, où il tomba malade, il se fit surtout remarquer dans le salon du célèbre condottiere Messalla, qui rassemblait les poètes bucoliques indépendants, réfractaires à la propagande du nouveau régime instauré par Auguste. On disait de Tibulle qu’il était melancolicus. Melancolicus introversus, cela va sans dire.

Il écrivait des vers idylliques qui annoncent les quatuors de Schubert et Le Grand Meaulnes. Dans une époque désenchantée, il rêvait d’un âge d’or.

Romancier, essayiste, Lucien d’Azay enseigne le français au lycée Marco Polo de Venise. Il a déjà publié dans la même collection Ovide ou l’Amour puni.

Langue français / 300 pages / ISBN-10 2-251-17006-5/ ISBN-13 978-2-251-17006-0

Prix : 18,00 €

Publicités

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s