La peinture à la pomme de terre

Par défaut

« A partir de dorénavant »


Cette recette est à la fois écologique et économique : naturelle et peu onéreuse, cette peinture vous permettra d’économiser… plein de patates !

Elle est facile à fabriquer et aisée à appliquer, c’est l’idéal pour les peintres débutants.

La peinture à la pomme de terre est non seulement exceptionnelle par ses qualités, mais aussi par son rendu. Applicable en intérieur mais aussi en extérieur, elle résiste aux U. V.

En dernier lieu, cette peinture est inoffensive, écologique, elle peut s’employer dans toutes les pièces, surtout celles des enfants, qui pourront y dormir dès le soir venu sans danger. Une légère odeur de purée émane durant tout le séchage, elle disparaît au bout de quelques jours : cela donnera uniquement faim à votre famille et non un gros mal de tête comme les peintures traditionnelles.

Cela donne un badigeon très adhérent sur le plâtre, la brique et le bois.

Ingrédients nécessaire pour 30 mètres carré :
- 1 kg de pommes de terre
- 1,5 kg de blanc de Meudon
- 400 g de pigment naturel,
- 8 l d’eau
- 1 brosse à badigeon en soie
- 1 fouet de cuisine
- 1 tamis en métal
- 1 spatule en plastique, la même que l’on utilise en pâtisserie

Mode d’emploi :

Après avoir bien épluché soigneusement (il ne doit rester aucunes pelures ni salissures) les pommes de terre, faire cuire les pommes de terre sans eau de préférence à la vapeur, ou au micro-onde avec un fond d’eau (15 mn puissance 750 W).

Dans le même temps, faire chauffer 4 litres d’eau.

Une fois cuites les écraser au presse purée ou avec un moulin à légume, pour obtenir une pâte épaisse sans morceaux..

Mélanger la purée chaude avec les 4 litres d’eau. Bien lier les deux ingrédients afin d’obtenir un liquide souple sans grumeaux.

Mélanger et diluer le blanc de Meudon avec 2 litres d’eau froide, utiliser le fouet de cuisine et éliminer tous grumeaux éventuels.

Mélanger les pigments et 2 litres d’eau au fouet aussi, bien mélanger.

Mélanger le blanc de Meudon et les pigments.

Mélanger la purée et le mélange blanc de Meudon/pigments.

Avant d’appliquer, passer le tout au tamis en métal ceci afin d’éliminer tous grumeaux ou résidus. Mettre le mélange dans grand seau.

Appliquer sur le mur de haut en bas en utilisant une brosse en soie bien chargée en peinture.

Travailler en passes croisées diagonales et bien tirer la peinture pour éviter les accumulations.

Bien mélanger très régulièrement en cours de travail, le mélange ayant tendance à s’épaissir au fond.

La peinture sera sèche après environ 6 heures. La couleur s’éclaircira en séchant. Appliquer alors une deuxième, voire une troisième couche, afin de couvrir entièrement le mur.

La peinture se conserve bien en la couvrant et en la mettant à l’abri de la chaleur.

( Article trouvé sur le site : écono-écolo.org / mardi  29 mars 2011 / Photo du haut, trouvée sur le site : recettes-cuisine-afrique-info / photo ci contre : les planteurs de pommes de terre de Millet, trouvée sur le site : vente-peinture.com)

Publicités

"

  1. Coucou
    c’est fou ce que l’on peut faire avec les patates,
    je savais pas du tout, merci pour la recette on sait jamais ça peut servir.
    Je connaissais la brou de noix que j’ai déjà utilisé,
    bonne journée – 😉

  2. C’est pour cela lorsque on voit un panneau qui indique  » attention peinture fraîche »…. en fait , c’est pour prévenir les gourmands ?
    Pour éviter qu’ils ne se mettent à grignoter les murs ? De là l’expression, faire du lèche-vitrine ?
    la nature est pleine de ressources, il suffit de savoir s’en servir et patati et patata……

  3. Tu me rappelles des souvenirs d’école!!!…On coupait une pomme de terre en deux et on sculptait sa chair pour en faire un tampon…Trempé dans la gouache et appliqué sur notre support papier ou bois…on découvrait alors nos jolis dessins colorés !
    Ouh!!! C’est bien loin tout ça! Bise et bonne journée, Christian!

  4. PURÉE ! J’en reste comme deux ronds de frite ! De la peinture aux patates, j’ai failli écrire « papattes » tellement j’en suis baba !
    Mais qui l’eut cru, patate crue ? Bon, je me suis perdue un peu au milieu dette recette surprenante….j’ai bien la chambre de Clément à tapisser, puisqu’il s’est chargé un beau jour, au lieu de faire la sieste, d’arracher consciencieusement le papier qui était à sa portée. Mais il a la mauvaise habitude de tout porter à la bouche ! Il va donc être encore une fois tenté !
    Je vais lire plus attentivement le texte plus haut… ne pas faire « d’impair » et prendre l’averse au moment de la préparation pas si culinaire qu’elle en avait l’air de prime abord ! Bisous Christian, tu n’en finis pas de me surprendre.

  5. et toi tu mes pattes tiens
    je peins depuis belle lurette et avec lunettes!!!
    tiens je te donne le ton car le ton c est bon non?????
    mais peindre avec des potapoes et ben j ai jamais essayé
    bis et purée qu’il est bien ton billet
    au moins ce soir je suis moins cloche tiens

    dany

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s