Comme on fait son lit on se couche

Par défaut

« Oui pour l’excès, mais avec modération » 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Il y a quelques années de cela, nous avions décidé,Patrick un ami et moi, de nous rendre au festival de Bilzen. ( un des plus grand festival de Belgique)
Pour éviter les frais, nous y allâmes donc en stop.
Pas de problème majeur pour y parvenir, nous fûmes assez rapidement sur le site.
Fauchés comme nous étions à l’époque, nous avions évidemment imité le cachet d’entrée.
Un copain un peu habile en dessin est le tour était joué.
Je ne me souviens plus quels groupes nous eûmes le plaisir d’entendre, mais il me semble que cette année là , il y avait ( entre autres) Chick Koréa.
C’était le dernier jour de concert et j’ignore pour quelles raisons,nous ne restâmes pas jusqu’à la fin.
Nous reprîmes la route du retour en stop.
Mais voilà , le soir tombait et il devenait de plus en plus aléatoire d’arrêter une voiture (d’ailleurs rares par ces petites routes de campagne)
Las, nous abordâmes une maison en construction pour y passer la nuit, car il commençait à faire frisquet.
Nous n’avions pas de sacs de couchage.
Patrick avait un gros manteau, style loden et moi une veste légère en toile.
Je me souviens, que nous avions étalé plusieurs sacs de ciment pour fabriquer une sorte de couche, ma fois fort sommaire.
Comme coussins, nous avisâmes une gros paquet de tuiles, qui nous servîmes d’oreillers !
Deux ou trois tuiles empilées firent l’affaire, c’était il faut le reconnaître assez spartiate !
Le loden fut très sollicité également.
Nous étions hilares de par la situation surréaliste.
ON se disputait gaiement ; « Ho hé, prends pas toute la tuile pour toi », comme s’il s’agissait d’un moelleux édredon en duvet d’oie !
§§§§§§§§§§§§§§§
Un autre couchage particulier, fut avec Claude,un ami français, lors d’un voyage en Angleterre.
Soûls de fatigue, nous étions rentré dans une serre, pour s’abriter de la pluie et tenter de dormir un peu. ( ici, non plus pas ,de sacs de couchage)
Dans la pénombre, Claude avait vidé un sac de ses patates pour se mettre dedans, et moi je dormis dans un sac de farine….. heureusement vide !
Dès potron- minet et avant le chant du coq, nous quittâmes notre hôtel.
J’étais maculé de farine et Claude était noir de terre…. quelle fine équipe,
Vous parliez d’un cirque !
Et puis d’autres anecdotes que je vous raconterai une autre fois.
BIEN LE BONJOUR DANS VOS MAISONNEES

Publicités

"

  1. mais quel âge tu avais ? J’en ai des courbatures et le torticolis à lire tes exploits sportifs. Je te soupçonne d’être capable des mêmes aventures. Peut-être mettras-tu une petite polaire douce entre ta tête et les tuiles ? On devient chochotte en vieillissant ! On aime son petit confort. Tiens, je suis à la recherche d’un bel anorak, chaud et coloré ( j’en ai marre du noir que je trimballe depuis 2 ans !) pour aller au ski très bientôt. la neige commence à poudrer les sommets des montagnes, vive la glisse … Bisous.

  2. « L’emballement de la jeunesse » dirons-nous!!

    Et l’affaire est dans le sac – l’essentiel n’est pas dans le couchage, mais dans l’aventure, je trouve ça génial!! J’ai peine à encore faire ne fût-ce que du camping (même pas sauvage) avec quelques ami(e)s habituées au vertus (sic) du 5 étaoiles … pour les autres, il restent les millions d’autres de la voûte céleste.

    N’empêche, mieux vaut la tuile sous que sur la tête … Loden, ou les paradis perdus, 🙂 ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s