Ilion n’a pas été prise

Par défaut

« Oui pour l’excès, mais avec modération »

Résumé   |   Sommaire   |   Fiche technique
Image

Parmi les 87 discours que Dion écrivit, le onzième (Ilion n’a pas été prise) est l’un des plus longs, des plus surprenants et sans conteste, le plus drôle. En effet, Dion n’ose rien moins que de critiquer de manière virulente le récit par Homère de la prise de Troie. Ce discours atypique, qui tient de la réfutation rhétorique à couleur paradoxale, mais cède rapidement la place à une nouvelle version du mythe, frappe par l’ampleur du propos.
Il invite à une réflexion morale, d’inspiration platonicienne, sur le rôle pernicieux que joue dans l’éducation une poésie mensongère. Il recèle les germes d’une réflexion politique et idéologique. Est ainsi posée la question des visées de ces mythes recomposés au fil des époques : selon Dion, Homère voulait raffermir les Grecs face aux guerres qu’ils allaient devoir affronter contre les Perses, mais sa déformation des événements ne correspond plus au nouveau contexte ; les Grecs n’ont en effet plus à craindre une agression venue d’Orient, puisqu’ils sont désormais sous la protection romaine.

Langue français
200 p. Index. (2012)
ISBN-10 2-251-33962-0
ISBN-13 978-2-251-33962-7
Prix 23,00 €
Publicités

"

  1. Ilion n’a pas été prise et la guerre de Troie n’aura pas lieu,.
    Les français n’ont pas voté pour Sarkozi, l’homme n’a pas été sur la lune, et ce n’est pas moi qui a cassé le vase de poissons…. heu ….de Soissons !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s