Dur le réveil

Par défaut

Image

Selon une étude publiée mercredi, quelques décennies suffiraient aux « supervolcans » pour se réveiller et provoquer de violentes éruptions.

L’explosion du volcan Santorin, vers -1630 avant J.-C., avait été suivie d’un gigantesque tsunami. Selon certaines théories, celle-ci aurait même pu être à l’origine du mythe de l’Atlantide. Lors de l’éruption, l’île de Santorin en mer Egée, avait en effet été ravagée par les 40 à 60 milliards de mètres cubes de magma qui avaient été éjectés. Or, selon les spécialistes, cette éruption serait survenue 18.000 ans après la précédente grande éruption du Santorin, soit un long intervalle entre deux violents réveils du célèbre volcan.

Mais aujourd’hui, une étude des cristaux du magma qui a été réalisée a mis en évidence des processus survenus moins de 100 ans avant la dernière éruption, selon Timothy Druitt du Laboratoire « Magmas et volcans » de Clermont-Ferrand et principal auteur de la nouvelle étude parue dans la revue Nature. Ainsi, de gros volumes de magma auraient alimenté le réservoir du volcan au cours du siècle précédant l’éruption. Le mélange de différents volumes de magma riches en silices se poursuivaient même au cours des derniers mois, soulignent les chercheurs. Ces observations sont fondamentales pour la surveillance d’autres volcans du même type.

Selon une étude publiée mercredi, quelques décennies suffiraient aux « supervolcans » pour se réveiller et provoquer de violentes éruptions.

L’explosion du volcan Santorin, vers -1630 avant J.-C., avait été suivie d’un gigantesque tsunami. Selon certaines théories, celle-ci aurait même pu être à l’origine du mythe de l’Atlantide. Lors de l’éruption, l’île de Santorin en mer Egée, avait en effet été ravagée par les 40 à 60 milliards de mètres cubes de magma qui avaient été éjectés. Or, selon les spécialistes, cette éruption serait survenue 18.000 ans après la précédente grande éruption du Santorin, soit un long intervalle entre deux violents réveils du célèbre volcan.

Mais aujourd’hui, une étude des cristaux du magma qui a été réalisée a mis en évidence des processus survenus moins de 100 ans avant la dernière éruption, selon Timothy Druitt du Laboratoire « Magmas et volcans » de Clermont-Ferrand et principal auteur de la nouvelle étude parue dans la revue Nature. Ainsi, de gros volumes de magma auraient alimenté le réservoir du volcan au cours du siècle précédant l’éruption. Le mélange de différents volumes de magma riches en silices se poursuivaient même au cours des derniers mois, soulignent les chercheurs. Ces observations sont fondamentales pour la surveillance d’autres volcans du même type.

En s’effondrant, les volcans forment une vaste dépression (caldéra), et sont toujours potentiellement actifs. Les volcans de Yellowstone (Etats-Unis) et Campei Flegrei (Italie), par exemple, ont eu des éruptions caldériques il y a respectivement 640.000 et 39.000 ans. De même, en 1991, le Mont Pinatub, aux Philippines, s’était brutalement réveillé. « Notre étude montre que la réactivation, la croissance et l’assemblage final de grands réservoirs de magma » peuvent se produire « à des échelles de temps très courtes« , des mois ou décennies, par rapport aux longues périodes de repos, concluent les chercheurs cités par l’AFP.

Ainsi, « la surveillance à long terme des grands systèmes caldériques en repos est nécessaire, même dans des zones isolées du globe, pour qu’une telle phase de croissance rapide du réservoir magmatique, en l’espace de quelques décennies, puisse être détectée bien avant une grande éruption explosive« , estiment également les auteurs.

 

(PS : Article trouvé sur le site de : MAXISCIENCE du 3 février 2012)

Publicités

"

  1. Je pense que si l’être humain arriverait à maitriser cette potentielle force, ( en énergie) il pourrait éviter de très très gros désagréments pour les générations futurs.
    Ce qui m’inquiètes le plus, ce ne sont pas les volcans, mais les déchets radioactifs et les centrales faces aux éléments ( voir récemment le problème de Fukushima)

  2. Ma chère Nadouche….. Tu dis : l’avenir que l’on ne connaitra pas en tout cas.
    Je ne veux pas être un indécrottable pessimisme , mais rien n’est moins sûr.
    Et sans être d’un optimisme béat, je dirai qu’il y aurait ( peut être) moyen d’utiliser cette extraordinaire force. et etc…..

  3. de superbes photos… fascination pour ces monstrueuses forces de la nature ! Je rêverais de voir « de près » une de ces explosions ou coulée de lave. Il faudrait aller où ? Peut-être sur l’île de la Réunion ? Le Piton de la Fournaise paraît bien sage en ce moment… mais !
    Biz Christian. Ton sac est prêt ?

  4. Dur d’admettre que nous, les petits humains frénétiquement occupés par nos affaires, vivons sur l’écorce refroidie d’une boule de feu !!! Et une écorce, ça se fendille et ça pète par-ci, par-là !! :mrgreen: ….mais quand ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s