Archives Mensuelles: mars 2012

Avant la Chine…… Parmi la sauge et la chardon

Par défaut

ImageImage

C’est dans un mois jour pour jour que je prendrai mon envol vers Shanghai.

La première fois que je quitterai cette vieille Europe pour une destination lointaine.

J’aime très modérément l’avion, mais je me dis que c’est à peine plus long que le voyage que je fis un jour, en empruntant ( je l’ai remis depuis, car il faut toujours rendre ce que l’on vous a prêté !) un train couchette de Bruxelles- Vintimiglia ( en Italie) où je passai au moins 12h dans un train.

En fouillant dans quelques vieilles lettres, je suis tombé sur celle ci…. Mais bon, ça fait pas mal ce n’est que du papier !

Je narre une journée type, plutôt banale, lorsque je vivais encore ( et je vis toujours à l’instant où mes doigts taquinent présentement ce clavier qui a la particularité de se trouver juste en dessous de ces derniers….c’est quand même plus pratique pour écrire ) au village

Voici donc :

PARMI LA SAUGE ET LE CHARDON : 4 / 10/ 1989 à AGIOS-SPIRIDONAS

()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()()

Ce début octobre est assez capricieux, nous avons eus une sérieuse averse comme pour annoncer le dernier acte de la fin de l’automne ou de du pré-hiver ;

Quoique ce dimanche fut encore bien ensoleillé ( vers les 30°)

Je m’étais même baigné à Athérinolakos, qui n’est pas un village, ni même un minuscule hameau avec trois chèvres, deux ânes, deux ou trois vieilles femmes en noir faisant de la dentelle et un pope aussi vieux que le siècle, mais un simple lieu-dit, quasi impossible à trouver sur une carte touristique normale, à moins de posséder un plan d’état major et encore !

Pour y accéder, il s’agissait de suivre une piste dans un état assez délabré, ( la piste bien évidemment…. non mais dès fois!) et encore en connaissant bien le chemin, car on se gourait assez facilement dans le dédale des petits chemins et les nombreux carrefours.

Et à ce propos ; ça ne vous dit rien ? «  La déesse des carrefours » Celle de la mythologie, qui indiquait la bonne ( ou mauvaise) direction aux voyageurs.

J’avais lu, ce détail chez Aristophane, qui est certes réputé pour être un auteur comique mais assez minutieux dans ces descriptions .

«  On lançait une obole en l’air et l’oracle de la déesse était rendu selon le côté où la pièce tombait. »

( de là l’origine du jeu de ; pile ou face)

J’ignore qu’elle fut son jugement quand par hasard la pièce chutait sur sa tranche.

Les grecs, étant des gens à couper les cheveux en quatre, et encore, dans le sens de la longueur !

C’est bien Socrate, ( Socrate ou ça chatouille?) qui s’amusait à mesurer les pattes de puces…. toujours d’après Aristophane.

A part ça, rien de particulier à vous signaler.

Dans le cafénéion où j’écris cette présente, la patronne ( la cafetière) trie des lentilles, sa vieille mère somnole dans un coin en tenant une tapette à mouche à la main et papa Nikoli ( le curé du village) sirote religieusement son café….. si je puis m’exprimer ainsi.

Donc, rien de bien excitant ! ( le plus excitant, c’est le café!)

Dans le bistro, il y a juste assez de personnes pour jouer au dominos ( mais pas plus)

Fini les vendanges, lâchez moi la grappe !

Dans moins de deux mois, j’aurai la gaule en main….. C’est à dire, qu’il y aura le gaulage des oliviers à faire ,qui est un travail important et qui nous occupera une bonne partie de l’hiver.

()()()()()()()()()()()()()()()()()

Hominidé inconnu

Par défaut

Un hominidé inconnu côtoyait Lucy il y a 3,4 millions d’années

Image

Menée par Yohannes Haile-Selassie, curateur du Musée d'Histoire Naturelle de Cleveland a mené l'étude sur les huit os de pied découvert en Éthiopie. (Crédits:  Yohannes Haile-Selassie)

Des chercheurs américains ont analysé des os de pied fossilisés vieux de 3,4 millions d’années découvert en 2009 dans l’Arar éthiopien. L’étude, publiée le 29 mars dans Nature, indique qu’un hominidé plutôt arboricole – dont l’espèce reste encore à déterminer – fréquentait cette région en même temps que Lucy, le célèbre Australopithèque.

C’est à Burtele, dans la région de l’Afar, en Éthiopie, que des chercheurs ont découvert, en février 2009, les fossiles fragmentaires d’un pied d’hominidé, dont l’étude vient d’être publiée. La radio-datation du spécimen par la méthode Argon-Argon lui donne un âge de 3,46 millions d’années. Ses caractéristiques le désignent d’une espèce différente – encore non déterminée – de celle de la célèbre Lucy (Australopithecus afarensis), qui fréquentait également le site à cette époque.

« Le pied partiel de Burtele montre clairement qu’il y a 3,4 millions d’années , l’espèce de Lucy, qui marchait sur ses deux jambes, n’était pas la seule espèce d’hominidé vivant dans cette région de l’Éthiopie. Son espèce a coexisté avec des parents proches qui étaient plus aptes à grimper aux arbres« , a déclaré le Dr Yohannes Haile-Selassie, anthropologue au Cleveland Museum of Natural History, directeur de l’étude.

« Cette découverte a été un choc. Ces éléments fossiles représentent des os que nous n’avons jamais vus auparavant. Alors que le gros orteil, préhensile, pouvait se déplacer de gauche à droite, il n’y a pas d’expansion, au-dessus de l’articulation, qui permettrait l’amplitude de mouvement nécessaire pour pousser sur le sol lors d’une marche bipède. Cette créature devait probablement avoir une démarche un peu gauche quand elle se déplaçait sur le sol« , a précisé le Dr Bruce Latimer, de la Case Western Reserve University (Cleveland, Ohio), co-auteur de l’étude.  ( article trouvé sur le site : Maxiscience du 31 mars 2012)

Six jours après etc……

Par défaut

Chine : déclarée morte, elle sort de son cercueil six jours après

Info rédaction, publiée le 06 mars 2012
Elle se réveille 6 jours après sa mort

En Chine, déclarée morte après avoir été assommée à la suite d’une chute, une dame de 95 ans s’est extraite de son cercueil, entreposé dans le salon familial, six jours après l’officialisation de sa mort !

C’est ce que l’on appelle un retour inattendu. En Chine, une dame âgée de 95 ans est sortie de son cercueil, entreposé dans le salon familial, six jours après qu’elle a été déclarée morte.
Les faits se sont déroulés il y a une quinzaine de jours. Liu Xiufang a été retrouvée inanimée avec une blessure à la tête à son domicile. « Elle ne respirait plus mais son corps était encore chaud« , raconte un voisin qui a découvert la grand-mère, et cité par The Daily Mail. Les médecins officialisent son décès quelques temps plus tard et les démarches funéraires commencent alors à s’effectuer. On place Liu Xiufang dans un cercueil qu’on laisse entreposé dans le salon familial, comme le veut la tradition chinoise, son enterrement étant prévu le 24 février. Sauf que M. Qinwang, qui s’est occupé de placer la vieille dame dans le cercueil, a pris soin de ne pas clouer la boîte mortuaire.

On la retrouve dans la cuisine en train de cuire un repas !

Six jours après, la grand-mère se réveille tranquillement, pousse le lourd couvercle de son nouvel, mais sinistre habitat, non sans mal, et va illico presto à la cuisine pour se préparer un repas ! « J’ai dormi pendant une longue période. Après le réveil, j’ai eu très faim, et j’ai alors décidé de me faire cuire quelque chose à manger« , aurait-elle déclaré à des voisins, selon le journal britannique. Sauf qu’avant de filer aux fourneaux, Liu Xiufang n’a pas pris la peine d’avertir ses proches qu’ils pouvaient annuler l’inhumation. Imaginez donc la réaction de ces derniers quand ils constatent que le cercueil est vide. Une vraie vision de film d’horreur selon le témoignage d’un voisin, relayé par la même source : « Nous avons été tellement terrifiés qu’on a rameuté tout le quartier. » Ils découvrent peu de temps après la revenante en train de se préparer un repas.

Selon les médecins, Li Xiufeng était en phase de mort artificielle. Cet état intermédiaire se manifeste par un corps toujours chaud, mais une respiration quasi inexistante. ( Article trouvé sur Gentside du 22 mars 2012 )