Archives Mensuelles: décembre 2012

Mort de Chrysippe de Soles.

Par défaut

CHIEN

Chrysippe de Soles

 

Ce philosophe stoïcien serait mort de rire, en 207 avant Jésus-Christ. Un âne ivre ayant du mal à manger des figues serait à l’origine de sa crise d’hilarité, qui aurait ensuite provoqué une crise cardiaque. Comment ça se fait que l’âne était saoul ? Chrysippe buvait du vin à ce moment-là et il aurait demandé à la propriétaire de l’âne de lui en donner aussi.

 

 

Image

L’épeautre et Hildegard Von Bingen

Par défaut

spelt_and_hildegard_von_bingen

Image

L’épeautre et Hildegard von Bingen.

Le nom officiel de l’épeautre Triticum aestivum var est. Spelta. L’épeautre originaire de Perse, environ 5.000 à 6.000 ans avant Jésus Christ. L’épeautre est cultivé en Europe depuis plus de 1000 ans, et pour seulement 100 ans en Amérique du Nord

 

L’épeautre est une céréale non transformés (das Urgetreide), très connu en Allemagne, en Autriche et en Suisse aujourd’hui. Le succès de l’épeautre en Allemagne est principalement due à l’influence de Hildegard von Bingen (1098-1179). Elle a dit ce qui suit à propos de l’épeautre: « L’épeautre est la meilleure des céréales, il contient des graisses suffisantes, fournit la force et est plus facile à digérer que tout autre grain. Il permet esprit de l’homme gai et serein. Peu importe la façon dont il est préparé, que ce soit sous forme de pain ou autre, il goûte toujours bonne et douce ».

Hildegard von Bingen était une abbesse bénédictine, que beaucoup attribuent à la mystique. Elle a été active dans la théologie, la philosophie, la musique grégorienne classique, la botanique et la cosmologie.(article trouvé sur le site : Bertyn)


Petit épeautre ou épeautre ?

Une confusion de vocabulaire existe depuis toujours entre le petit épeautre ou engrain (Triticum Monococcum) et le grand épeautre (Triticum Spelta). Ces deux dénominations voisines définissent en fait des produits forts différents.Le « Petit épeautre de Haute Provence » en grains ou en farine (distribués par Vajra) est cultivé selon un cahier des charges rigoureux, garant de ses origines et de ses qualités.

Naturellement riche en lipides, protides et glucides le Petit épeautre est une céréale à haut rendement énergétique et calorique. 100 g de Petit épeautre apportent en protéines la quantité journalière nécessaire à notre organisme.Sa teneur en lipides est 2 fois supérieure à celle du blé…Sa forte teneur en fibres en fait une céréale à très bonne digestibilité.Le Petit épeautre se distingue aussi par son très faible taux en gluten.Composition riche et équilibrée en éléments minéraux : 4 fois plus de magnésium que le riz brun, 5 fois plus de phosphore que le soja.

– 100 g de Petit épeautre apportent l’équivalent de 2 verres de lait en calcium.

– Sa teneur en protéines apporte les huit acides aminés essentiels à l’organisme avec la présence de la lysine, souvent absente dans les céréales.

Tout comme l’épeautre, le « Petit épeautre » monte mal en pain, aussi les boulangers mélangent souvent du blé pour l’améliorer.
Mais voici une recette pour un pain 100% pur épeautre. Le pain à partir de farine de petit épeautre sera toujours mieux levé qu’avec la farine de grand épeautre.

  • 500 g farine d’épeautre
  • 3 dl eau froide
  • 21 g levure fraîche, fractionnée
  • 1 càc sel (bombée)
  • 1 càs huile d’olive Pétrir (15à20mn)l’ensemble des ingrédients jusqu’à obtenir une pâte bien homogène. Laisser reposer pendant 45 minutes, au frais, sous un torchon humide.Former une miche longitudinale, la placer dans un moule de 25 cm et laisser reposer environ 10 minutes au frais. Enfourner au four froid, le régler sur 220°C et cuire 40 à 45 minutes. La pâte lève principalement pendant la cuisson.Laisser refroidir 10 minutes, puis démouler sur une grille.

( article trouvé sur le site:Home/ News )


 

Les trous noirs et compagnie.

Par défaut

Qu’est ce qu’un trou noir ? 

En astrophysique, un trou noir est un objet massif dont le champ gravitationnel est si intense qu’il empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper. De tels objets n’émettent donc pas de lumière et sont alors noirs. Les trous noirs sont décrits par la théorie de la relativité générale. Ils ne sont pas directement observables, mais plusieurs techniques d’observation indirecte dans différentes longueurs d’onde ont été mises au point et permettent d’étudier les phénomènes qu’ils induisent sur leur environnement. En particulier, la matière qui est happée par un trou noir est chauffée à des températures considérables avant d’être engloutie et émet de ce fait une quantité importante de rayons X. Ainsi, même si un trou noir n’émet pas lui-même de rayonnement, il peut néanmoins être détectable par son action sur son environnement. L’existence des trous noirs est une certitude pour la quasi-totalité de la communauté scientifique concernée (astrophysiciens et physiciens théoriciens). Source Wikipedia.


 

Ok, après cela nous connaissons déjà un peu mieux les trous noirs. Mais voilà à présent que les scientifiques nous parlent de trous noirs errants dont certains auraient des centaines de millions ( si pas plus) de fois la masse du Soleil et engloutiraient tout sur le passage, des planètes et même des galaxies entières. Selon ma vision personnelle, c’est comme ci le vaste espace de l’univers serait par endroits troué, déchiré, comme une toile trop tendue et que toute la matière et la lumière s’échapperaient à l’instar d’un minuscule orifice que l’on ferait par exemple avec une aiguille sur un gros ballon de baudruche. En résumé,si un trou noir errant super géant s’approcherait trop près de notre galaxie nous serions aspirés plus vite qu’il m’aura fallu pour écrire ces quelques lignes. Il n’y aucune raison de s’inquiéter, car alors tout se passerait tellement vite, une vitesse inimaginable, inouïe, que nous n’aurions même pas la sensation de la fin du monde et encore moins celle de son début. Puisque en fait des milliards d’années se sont passées avant nous et que des milliards d’années se passeront après nous. Finalement qui sommes nous, sinon des équations dans l’immensité du cosmos ? En fait et toujours d’après les scientifiques, l’univers serait constitué de moins de 10% de matière, d’atomes etc, et le reste serait de la matière noire.

On parlerait même d’énergie noire ! ( cliquez sur un moteur de recherche pour en savoir plus) Pas de quoi broyer du noir ? Je ne pense pas. Ne cramer pas la dinde de Noël pour autant, elle deviendrait vite de la matière noire mais immangeable. Et puis buvez un bon coup de vin….. du pinot noir peut être ?

 

Nouvelles péripéties crétoises ( parmi la sauge et le chardon I)

Par défaut

₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪

Vous n’êtes pas sans ignorer (du moins je présume) que la saison des olives s’effectue durant les mois d’hiver.

Ainsi une bonne année débute dès le mois de novembre et parfois jusqu’à la mi février. Dans ces cas là, les arbres sont submergés par le poids des fruits.

Certains ne résistent pas à cette surcharge pondérale et menacent souvent de casser, ce qui occasionnent des dégâts à ces derniers.

Pour obtenir ce résultat, cette récolte pléthorique, les oliviers sont au préalable littéralement gavés d’engrais

(principalement des phosphates, ce qui n’est pas très écologique)

Néanmoins cela fait des rentrées non négligeables pour le paysan et du travail pour les saisonniers.

En fait à cause de l’effort fourni, l’olivier ne sera vraiment productif qu’une année sur deux.

Mon travail dans les oliviers (d’aucuns connaissent mes péripéties crétoises, lorsque je vivais encore dans cette très belle île.) consistait à veiller à la bonne santé des arbres, parfois de couper une branche par ci , par là. Mais le plus important, c’était bien évidemment la récolte.

Donc du travail assuré pour tout l’hiver.

Ce qui était bienvenu, car dans la région, il n’y avait que deux grandes époques où il était possible de gagner un peu plus que l’ordinaire.

Le gaulage des oliviers ,et les vendanges des raisins sultaninas qui n’étaient pas utilisés pour la fabrication du vin, mais pour en faire des fruits secs.

En dehors de ces périodes, j’avais largement le temps de flâner et de profiter de mon temps libre ,grâce à mes économies gagnées à la sueur de mon front ,à la force de mes poignets et à la résistance de mon dos (car il fallait souvent porter les sacs d’olives, certains pouvaient peser au delà de 50 kilos !)

Néanmoins, parfois j’étais sollicité pour d’autres travaux.(creusement d’un puits, gâchage de ciment, récolte pour le fourrage et etc….)

Je pouvais me permettre de travailler à la carte en quelque sorte.

Lorsque l’envie ou l’inspiration n’étaient pas au rendez vous, il fallait user de ruses de sioux pour me persuader d’aller bosser.

Un jour, étant confortablement installé sur mon lit, en rêvant, doucement caressé par une brise tiède parfumée à la garrigue, j’entendis frapper à ma porte.

C’était Yourgo le berger, venant solliciter le louage de mes bras.

Il s’agissait de ramasser le fourrage ou quelque chose comme ça.

Mollement allongé sur ma couche par cette lénifiante chaude après midi, ayant mangé un bon p’tit plat de légumes sauvages, (cueilli par mes soins) accompagné de deux, trois, ou quatre verres de vin…. Je conjuguais souvent le vin au pluriel à l’époque !

Je ne voyais nullement la nécessité de gagner quelques drachmes en plus, juste pour aller se faire rôtir sous un soleil qui vous tabassait littéralement de son obsédante chaleur de four. (car en Crète le soleil ne tape pas, mais il vous tabasse!) Surtout, quand il n’y avait rien qui pressait.

Et puis, je connaissais bien Yourgo le berger.

Si c’était comme la dernière fois, lorsqu’il me laissait faire tout le boulot, prétextant un rendez vous urgent chez le maire (en fait, il passait le plus clair de son temps au bistro !)

Et que je me retrouvais seul avec une pioche à la main !

Vous comprendrez aisément que je préférais plutôt piocher dans un bon p’tit plat et de faire la glissade dans mon gosier d’un verre de rouge ( ou de blanc) que de me retrouver au beau milieu d’un champ, englué par la sueur en compagnie d’une vieille mule édentée.

Christos ? Tu es là ? Ouvres moi la porte !

« Le silence et dort !  » Ce ce que je fis cette fois ci.

Une voisine passait .

Elleni, as tu vu Christos ?  

 

Non, mais ce matin, il partait chercher des légumes sauvages en bas , près de la rivière !

Et moi de rigoler dans ma barbe ( ça étouffe un peu le bruit!)

J’avais mes patates en dessous de mon lit. ( le seul endroit ad hoc pour les conserver ) Une dame-jeanne de vin à peine entamée, quelques bons légumes, de l’huile d’olive et un soleil radieux….. J’étais donc riche, pourquoi gagner plus ?

₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪₪

Suggestion de livre / Les Inuit : Michèle Therrien

Par défaut

inuit-child

Image

Ouverture à l’inattendu, attachement au milieu naturel, qualité des relations interpersonnelles, partage, humour, voilà quelques clés pour mieux comprendre les propos que tiennent les Inuit sur leur histoire, leur société, leur place dans le monde, l’avenir, le changement climatique et le développement industriel. Les voix qui nous parviennent depuis l’Alaska, l’Arctique canadien et le Groenland nous dévoilent une civilisation contemporaine dont nous ne soupçonnons pas la richesse.

N° vol. dans la collection 31 / Guide Belles Lettres des civilisations // Support Livre broché / Nb de pages 272 p. (2012)

ISBN-10 2-251-41047-3 / ISBN-13 978-2-251-41047-0 / Prix 17,50 euros

Edition : Les Belles Lettres

Le petit pois et le boulet d’anthracite 20/30 ( Péripétie au pays de l’enfance)

Par défaut

La candeur est bien souvent l’apanage des enfants, et c’est tant mieux, cela leur permet d’appréhender le monde avec une certaine poésie. ( ils auront tout le temps pour comprendre la réalité dans laquelle ils vivent, que cela soit d’une manière empirique ou par les divers apprentissages)

Pourquoi je vous causes de cela ?

Parce qu’il me revient en mémoire, certains faits inhérents à ma très grande naïveté enfantine.

J’étais un enfant rêveur, plutôt dissipé, perdu dans les volutes de mes chimères.

Ainsi ma sœur me racontait souvent des histoires auxquelles je croyais volontiers.

Elle me disait par exemple, qu’elle avait entendu dire qu’un petit pois avait poussé à l’intérieur de la tête d’un p’tit garçon. J’étais évidemment très étonné et je frissonnais d’horreur en pensant à cette éventualité.

Et ça ne le gène pas, ça ne lui fait pas mal ? demandais je.

Alors, elle ajoutait des précisions, des anecdotes supplémentaires pour amener de l’eau à son imagination.

Fallait il comprendre qu’elle avait dû surprendre une conversation entre adultes qui disaient peut être ceci «  Oh celui là ; il a vraiment un petit pois dans la tête ! » ( ce qui était une façon de dire que la personne susnommée, n’était guère futée et etc……) et avait donc pris cela pour un fait réel et pas seulement comme un tournure d’esprit ?

Nous allions parfois dans la cave à charbon et cet endroit me fascinait et m’inquiétait en même temps.

Jeanine ,( ma sœur) me disait que Dieu était dans la cave à charbon et que si je n’étais pas sage, j’allais être enfermé dedans.

Comme cette dernière était faiblement éclairée ( je parle de la cave pas de ma sœur !) j’avais l’impression de voir comme des visages dessinés sur les murs et je n’étais pas très rassuré !

Et puis elle prenait un morceau de charbon en me disant « voila la création de Dieu, c’est grâce à lui que nous avons de la chaleur. (allez donc savoir où elle avait pêché cela!)

Non, nous ne faisons pas des messes noircies ,salies, par la suie des boulets d’anthracite 20/30 ! De toute façon nous n’allions jamais à la messe.

.

 

En revanche,j’allais souvent chercher du charbon. ( et le fait de dire d’aller au charbon, ce n’était pas comme aller à la messe !)

 

liquefaction-charbon

Cachez cette vérité que je ne saurais voir !

Par défaut

Voici 10 assertions,. Certaines surgissent elles de mon imagination débordante, ? mais d’autres disent elles ( ou distillent elles) la vérité, rien que la vérité ?…..je le jure !) A vous de découvrir.

 

 

  • J’ai cru pendant longtemps aux cloches…. celles de Pâques….. Alors enfant, je levais les yeux au ciel pour les voir passer……oh bien sûr, je les entendais, mais je ne les voyais jamais. Je me disais comment c’est possible qu’un tel engin puisse s’envoler ? Était ce là l’origine des soucoupes volantes, ou les anges.. ?. Ceux là aussi on en parle souvent mais on ne les voit( quasi) pas. ( je croyais aux cloches, mais je voulais devenir un battant….. de cloche?)
  • Un jour dans le noir, je me suis cogné contre une grosse boule en marbre dans la maison de mon père, c’était Pâques et j’avais le crâne emballé comme un gros œuf ( c’était le pansement provisoire que l’on avait mis autour de ma tête…. Je ressemblais donc un à œuf de Pâques à Pâques… donc rien d’anormal!)
  • Un jour ayant bu un peu trop de raki, j’ai voulu rejoindre une île à la nage. ( j’habitais alors encore en Crète) Au début tout allait bien mais je sentais que petit à petit le courant m’emportait au loin et que j’avais mal présumé les distances. Heureusement Neptune devait être dans les parages avec mon ange gardien qui faisait du surf., finalement j’ai rebroussé chemin au grand soulagement de ma conscience qui n’en menait pas large .( et justement nous étions au large)
  • Dans mes pérégrinations en Grèce, lorsque je ne trouvais pas une place sûre pour faire un bivouac, ( il était trop tard, j’étais fatigué etc…) je dormais volontiers dans les cimetières, en me disant que c’était la place où assurément personne allait venir me déranger.
  • Dans un voyage en Bretagne avec mon père, j’étais tellement distrait, que je semais littéralement mes affaires ; ( un peu comme le petit Poucet) un, jour un pantalon, un autre jour une chemise, une autre fois mes chaussures, encore un pantalon etc.. ; tant et si bien que lorsque nous dûmes repasser la frontière Franco-Belge…. j’étais en slip ( le dernier), sans chaussures,… et peut être bien qu’une de ma nièce m’avait prêtée un ticheurte.
  • Enfant, j’eus une telle indigestion d’artichauts à la mayonnaise, qu’il m’a fallut de nombreuses années avant que j’en puisse en manger à nouveau…. Le simple fait de prononcer le nom : «  Artichaut. »  me donnait déjà de la nausée !
  • À 16 ans , j’étais si fluet que je m’habillais encore avec des vêtements d’enfant de douze ans
  • le simple fait de déchirer un drap devant moi, me rend fou…. le bruit du drap que l’on déchire, m’horripile au plus haut point.
  • J’ai dansé, bu et chanté en écoutant de l’opéra dans un cimetière avec un copain….Solide savonnée du curé le lendemain…. plus qu’une savonnée…un jacuzzi de reproche….Enfin ,on nous a pas non plus fouetté, sur la place publique pour blasphème !
  • J’ai fais tout un voyage ( une fois de plus en Grèce) en mettant tout mon argent dans une casquette ( elle possédait une tirette)…. Ce n’est que plus tard que j’ai réalisé que tout l’argent ( ou presque) avait disparu….. et oui, il y avait un trou dans la casquette. !…. Ils ont bien rigolé cette année là ,les grecs !
  1. Imagej’avais mis cela sur mon blog, il y a quelques taons…. ouille ça pique … de cela ! C’est pour vous faire mariner dans la patience, avant que je vous narre de nouvelles péripéties diverses et multiples !