Le jour de grâce ( R. Van Gulik )

Par défaut

Image

« Le juge Ti, c’est moi », aurait dit Van Gulik. Dans ce roman écrit en 1964 et qui se déroule à Amsterdam, il nous invite à rencontrer une autre facette de son personnage, à travers la personnalité de son héros Johann Hendricks, un ancien fonctionnaire colonial hollandais rapatrié après la Seconde Guerre mondiale. C’est un roman étrange, à mi-chemin entre Chase et Simenon, où l’on peut humer le parfum du gin hollandais, du tabac et de la sciure, et dont le héros remporte, après bien des péripéties, d’étonnantes batailles psychologiques et mystiques. À la façon du juge Ti, en quelque sorte. C’est le regard d’adieu, le dernier cadeau de Van Gulik l’enchanteur.

Hollandais, Robert Van Gulik, (1910 – 1967) est un fin érudit et un véritable polyglotte (néerlandais, anglais, japonais, malais, javanais, latin, grec mais aussi chinois et russe). Après avoir étudié à Leyde et à Utrecht le droit et la politique, il entre aux Affaires étrangères. Il s’initie à la poésie et à la calligraphie chinoises, au tibétain et au sanscrit, à la philosophie bouddhiste. Après avoir assimilé cette formation de lettré chinois, il publie deux ouvrages, l’un sur le luth chinois, l’autre sur la peinture. Il continue son œuvre au cours de ses pérégrinations de diplomate, au Japon, au Liban, en Malaisie, à Washington. C’est en 1948 au Japon qu’il traduit un roman policier chinois, le Dee Gong An ou Affaires résolues par le juge Ti, fonctionnaire de l’époque T’ang. En s’inspirant de vieux récits chinois, Van Gulik écrit alors dix-sept récits policiers fictifs, affaires débrouillées par son juge Ti, qui font découvrir au lecteur occidental maints aspects de la vie sociale en Chine ancienne. L’acquisition d’un album de gravures érotiques de la dynastie Ming l’amène à s’intéresser à l’érotisme chinois et en 1962 il publie La vie sexuelle dans la Chine antique, traduit en français en 1971.

Nb de pages 160 p. / Editions :Les Belles Lettres.

ISBN-10 2-251-21010-5

ISBN-13 978-2-251-21010-0

GTIN13 (EAN13) 9782251210100

Livre broché: 15 euros (à paraître en avril 2013)

Publicités

"

  1. J’étais pas loin de Sarlat, Bergerac etc…. J’ignorais qu’il y avait des bouddhistes dans cette région ( mais il y en a de plus en plus) je ne fréquente pas systématiquement les temples bouddhistes. Parfois j’allais à Anvers, dans le quartier chinois, près de la gare centrale et j’assistais à une cérémonie dans un temple.
    Durant le mois de mai, il y a la grande fête de la naissance de Bouddha, nous y allions mes amis chinois et moi, à présent ils sont retournés en Chine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s