Pâques au village ( extrait à froid)

Par défaut

Nouvelles péripéties crétoise ( parmi la sauge et le chardon) §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

La période des Pâques en Grèce est un moment très intense.

C’est la fête chrétienne orthodoxe par excellence, non pas que toutes les autres soient de moindre importance, mais elle réunie et réconcilie tout le monde. C’est aussi l’occasion de grande beuverie et de grande « mangerie » ( si je puis dire) Avant cela , il a le carême. Ceux qui suivent à la lettre cette abstinence de 40 jours qui précède Pâques, doivent de préférence faire un seul repas frugal par jour, ne pas utiliser d’huile, ni boire du vin, (encore moins de raki) exclure la viande et ne point consommer des œufs et des produits laitiers.
Mais lorsque arrive enfin le moment tant attendu, alors « qu’est ce qu’ils bouffent, engloutissent, ingurgitent, boivent et etc, et encore plus que cela » ! ça dure trois jours quasi non stop, un marathon de boustifaille et de raclages de gosiers avec du vin et de la tsikoudia locale.

J’avais assisté à la messe pascale, et vraiment il y avait une ambiance de tonnerre, c’était le cas de le dire ! Des gamins, il me semble, ( mais les gamines n’étant pas en reste) jetaient même des pétards à l’intérieur de l’église.

Le pope ne s’en formalisait nullement et continuait son office dans ce joyeux tintamarre.

Impossible de comprendre ce qu’il était en train de dire mais était ce vraiment le plus important ? L’essentiel c’était de faire le plus de bruit possible à la limite d’une joyeuse impiété.

J’y voyais comme un vestige païen et dionysiaque, une volonté de fureur Panique, ( du dieu Pan) un reliquat d’un délire bachique enfin assouvi.

Après la messe, nous allumèrent un grand feu (depuis trois jours, chacun avait amené un peu de combustible pour alimenter ce dernier) Des enfants jetèrent dans le brasier des pétards qui en se transformant instantanément en fusées volantes, s’envolaient rageusement dans le ciel, en sifflant bruyamment.

Quand même, le pope du mettre un peu d’ordre.

Surtout lorsque qu’une flammèche atteignît sa barbe, mettant en péril toute l’intégrité de son ministère.

Ça suffit comme ça maintenant avec les pétards, les enfants ! Passons aux choses sérieuses ! Ce qui intrinsèquement voulait dire, qu’il était plus que temps de faire la glissade du gosier avec des liquides plus ou moins alcoolisés et de remplir sa panse d’agréables et savoureuses choses comestibles.

La nuit les pétarades insensées et notoirement bruyantes continuèrent malgré tout, et ce jusqu’à la rupture du stock.

ETC………..

Publicités

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s