Archives Mensuelles: mai 2013

Mémoires sur les pays bouddhiques

Par défaut

Précurseur du fameux voyageur et traducteur Xuanzang, qui se rendit en Inde dans le deuxième quart du VIIe siècle, le moine Faxian partit à la recherche de textes de discipline en 399, âgé d’environ soixante ans, avec quelques compagnons. Il gagna l’Inde du Nord, par les hautes montagnes de ce que l’on appelait alors les monts des Oignons, puis la vallée du Gange et enfin l’île de Ceylan, avant de repartir par bateau vers la Chine qu’il atteint en 412. Le récit qu’il a laissé s’est confondu avec son autobiographie qui se limite presque entièrement à cette période de sa vie. L’ouvrage, beaucoup mois volumineux que le Mémoire de Xuanzang, connu en français dans la traduction de Stanislas Julien sous le titre de Mémoire sur les contrées occidentales, est rapidement devenu un « classique » de la littérature de voyage et pas seulement un modèle édifiant les fidèles bouddhistes. Visitant les hauts lieux de la vie du Buddha, Faxian suggère souvent plus qu’il ne relate les circonstances qui ont donné lieu à l’édification de monuments, de monastères, de stūpa et autres traces du bouddhisme des premiers siècles. C’est pourquoi la présente traduction est complétée par les explications de Xuanzang qui séjourna dans les mêmes lieux deux siècles plus tard et en laissa des descriptions fleuries.
L’ouvrage a été traduit jadis par Jean-Pierre Abel Rémusat (1788-1832), à une époque où les connaissances du bouddhisme en Europe étaient à peu près nulles. C’est donc une nouvelle traduction qui est proposée aujourd’hui, qui tient compte des travaux effectués depuis cette période.

On ne connaît avec précision ni la date de naissance ni celle de la mort de Faxian et on ne sait presque rien de sa vie, à l’exception de la période de son long voyage en Inde. Supposé né vers 340, entré au monastère dès son plus jeune âge, il semble s’être concentré sur les questions de discipline ; c’est précisément l’absence de textes sur lesquels s’appuyer pour étayer les formes de l’organisation communautaire des bouddhistes chinois qui détermine Faxian à entreprendre sa quête de textes originaux. Il en rapporte une dizaine d’ouvrages dont certains sont traduits par lui-même. Pourtant, quoiqu’ayant appris les langues indiennes en Inde et à Ceylan, il ne semble pas être devenu un expert et reste plutôt un collaborateur qu’un traducteur à part entière. Il décède dans les années 420.

Jean-Pierre Drège, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, a été membre, puis directeur de l’École française d’Extrême-Orient. Historien du livre chinois, il a plus particulièrement traité de l’histoire des manuscrits (particulièrement les manuscrits découverts à Dunhuang) et des débuts du livre imprimé, jusqu’au XIIe siècle. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels Les bibliothèques en Chine au temps des manuscrits (jusqu’au Xe siècle). Depuis quelques années, il s’intéresse à l’histoire des voyages.

Langues chinois, français

Support Livre broché

Nb de pages 360 p.

ISBN-10 2251-10014-8

ISBN-13 978-2251-10014-2

GTIN13 (EAN13) 9782251100142 / Prix : 27 euros

Cannabis cures cancer ( in english /article en anglais / traduction en français en bas de la page )

Par défaut

There Is No Mistaking The Evidence, Cannabis Cures Cancer

Cannabis is one of the most powerful healing plants in the world and it makes cancer essentially disappear. Cannabis compounds are responsible for halting the growth factors that are responsible for metastatic growth.
Although there has been scientific evidence that marijuana can shrink and even kill tumors since the 1970s, much of the recent public interest in this research has been inspired by Run From The Cure, a documentary about a Canadian man who claims that the concentrated oil from the cannabis plant has cured his skin cancer. He then tries the cure on a number of other cancer victims in his community with similar results.
Researchers have now found that the compound, called cannabidiol, has the ability to ‘switch off’ the gene responsible for metastasis in an aggressive form of breast cancer. Importantly, this substance does not produce the psychoactive properties of the cannabis plant.

A team from the California Pacific Medical Center, in San Francisco, first spotted its potential five years ago, after it stopped the proliferation of human breast cancer cells in the lab.
Another Spanish team, led by Dr Manuel Guzmon, wanted to see whether they could prevent a form of cancer (glioblastoma multiforme) from growing by cutting off its blood supply. Glioblastoma multiforme is one of the most difficult cancers to treat – it seldom responds to any medical intervention, especially conventional methods which poisoning and primatively destroy cells such as radiotherapy, chemotherapy and surgery.
The mice were given a cancer similar to the human brain cancer (glioblastoma multiforme). The mice were then given cannabinoids and the genes examined. The genes associated with blood vessel growth in tumors through the production of a chemical called vascular endothelial growth factor (VEGF) had their activity reduced.
Cannabinoids halt VEGF production by producing Ceramide. Ceramide controls cell death.
Dr Guzmon said: “As far as we know, this is the first report showing that ceramide depresses VEGF pathway by interfering with VEGF production.”
They then wanted to see if this would also happen with humans.
They selected two patients who had glioblastoma multiforme and had not responded to chemotherapy, radiotherapy or surgery. The scientists took samples from them before and after treating them with a cannabinoids solution – this was administered directly into the tumor.
Amazingly, both patients experienced reduced VEGF levels in the tumor as a result of treatment with cannabinoids.
Why You Shouldn’t Smoke Cannabis But Drink It Instead
Nonpsychoactive cannabinoids, such as cannabidoil, are particularly advantageous to use because they avoid toxicity that is encountered with psychoactive cannabinoids at high doses useful in the method of the present invention. CBD (Cannabidiol), one of the main constituents of the cannabis plant has been proven medically to relieve many diseases including the inhibition of cancer cell growth. Recent studies have shown it to be an effective atypical anti-psychotic in treating schizophrenia. CBD also interferes with the amount of THC your brain processes, balancing the psychotropic effect of marijuana. That is precisely why the power of raw cannabis is turning heads.
Cannabinoids can prevent cancer, reduce heart attacks by 66% and insulin dependent diabetes by 58%. Cannabis clinician Dr. William Courtney recommends drinking 4 – 8 ounces of raw flower and leaf juice from any Hemp plant, 5 mg of Cannabidiol (CBD) per kg of body weight, a salad of Hemp seed sprouts and 50 mg of THC taken in 5 daily doses.
“If you heat the plant, you will decarboxylate THC-acid and you will get high, you”ll get your 10 mg. If you don’t heat it, you can go up to five or six hundred milligrams & use it as a Dietary Cannabis. . . and push it up to the Anti-oxidant and Neuro-protective levels which come into play at hundreds of milligrams,” stated Dr. William Courtney.
“The amount of Cannabinoids we need would be difficult to get through smoked Cannabis without feeling the intoxicating effects,” said Kristen Courtney.
The Endocannabinoid System (ECS) maintains our biological systems by regulating each cell tissue. It uses Arachadonic acid/Omega 6 to make Endo-Cannabinoids: fatty molecules that communicate harm between cells. Dietary Cannabis mimics the ECS by providing Cannabinoids when there is an Arachadonic acid deficiency or Clinical Cannabinoid Deficiency.
Patients suffering from end stage Cancer need to eat buds whole.
Plants sprayed with anything shouldn’t be juiced, but some pests are edible, such as Spider mites.
To prepare leaves for a juicer, avoid rinsing – soak them in water for 5 minutes.
Masticating juicers are efficient for leaves, buds and sprouts; a centrifugal juicer may need additional vegetables to chop fibers.
To preserve juice fill containers so that air is minimized; a dose of juice frozen in an ice cube tray retains medicinal value.
Cannabis is a Class B drug that is illegal to have, give away or sell. “If cannabis were discovered in an Amazon rainforests today, people would be clambering to make as much use as they could out of the potential benefits of the plant,” said Donald L. Abrams, MD, Chief of Hematology and Oncology at San Francisco General Hospital and Professor of Medicine at the University California. Dr. Abrams is widely known for his research on medical cannabis applications. “Unfortunately, it carries with it a long and not so long history of being a persecuted plant,” he added.
Marco Torresis a research specialist, writer and consumer advocate for healthy lifestyles. He holds degrees in Public Health and Environmental Science and is a professional speaker on topics such as disease prevention, environmental toxins and health policy.
Sources:  www.rawhemp.tk / sciencedaily.com

VOIR LA TRADUCTION EN FRANÇAIS, CI DESSOUS ( c’est une traduction électronique de google)

Le cannabis est une des plus puissantes plante de guérison dans le monde et il fait disparaître essentiellement cancer. Les Composés du cannabis sont responsables de stopper les facteurs  responsables de la croissance métastatique.
Bien qu’il y ait des preuves scientifiques que la marijuana peut réduire et même tuer les tumeurs depuis les années 1970, une grande partie de l’intérêt public dans cette récente recherche a été inspiré par Run From The Cure, un documentaire sur un homme canadien qui prétend que l’huile concentrée de la’ plante de cannabis a guéri son cancer de la peau. Il tenta alors le remède sur un certain nombre d’autres victimes du cancer dans sa communauté avec des résultats similaires.
Les chercheurs ont maintenant découvert que le composé, appelé cannabidiol, a la capacité d’éteindre le gène responsable de la métastase dans une forme agressive de cancer du sein. Surtout grâce cette substance  produite pas les propriétés psychoactives de la plante de cannabis.

Une équipe du Centre Médical Pacifique de Californie, à San Francisco, avait d’abord repéré ses cinq potentiels ans, après avoir arrêté la prolifération des cellules cancéreuses du sein humain dans le laboratoire.
Une autre équipe espagnole, dirigée par le Dr Manuel Guzmon, voulait voir si elle pouvait éviter une forme de cancer (glioblastome multiforme) de se développer en coupant son approvisionnement en sang. Le glioblastome multiforme est l’un des cancers les plus difficiles à traiter – il répond rarement à une intervention médicale, les méthodes classiques qui surtout empoisonnent et détruisent les cellules primatively comme la radiothérapie, la chimiothérapie et la chirurgie.
Des souris ont reçu un cancer similaire au cancer du cerveau humain (glioblastome multiforme). Les souris ont ensuite été données ( traitées) aux cannabinoïdes et les gènes étudiés. Les gènes associés à la croissance des vaisseaux sanguins dans les tumeurs par la production d’un produit chimique appelé facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF) ont vu leur activité réduite.
Les cannabinoïdes arrêtèrent la production de VEGF par la production de céramide. Céramide contrôle la mort cellulaire.
Dr Guzmon a déclaré: «Pour autant que nous savons, c’est le premier rapport montrant que la céramide déprime voie du VEGF en interférant avec la production de VEGF. »
Ils ont ensuite voulu voir si ce serait aussi se produire avec les humains.
Ils ont sélectionné deux patients avec un glioblastome multiforme et qui n’avaient rien obtenu par la chimiothérapie, la radiothérapie ou la chirurgie. Les scientifiques ont prélevé des échantillons avant et après leur traitement avec une solution de cannabinoïdes -qui fut administré directement dans la tumeur.
Étonnamment, les deux patients connurent des niveaux de VEGF réduit dans la tumeur à la suite d’un traitement avec des cannabinoïdes.
Pourquoi vous ne devriez pas fumer du cannabis, mais en boire à la place
Cannabinoïdes non psychoactives, comme cannabidoil, sont particulièrement avantageux d’utiliser car ils évitent la toxicité que l’on rencontre avec des cannabinoïdes psychoactifs à fortes doses utiles dans le procédé de la présente invention. CBD (cannabidiol), l’un des principaux constituants de la plante de cannabis a été prouvé médicalement pour soulager de nombreuses maladies, y compris l’inhibition de la croissance des cellules cancéreuses. Des études récentes ont montré qu’il s’agit d’un anti-psychotique atypique efficace dans le traitement de la schizophrénie. CBD interfère également avec la quantité de THC vos processus cérébraux, équilibrant l’effet psychotrope de la marijuana. C’est précisément pourquoi la puissance du cannabis brut fait tourner les têtes.
Les cannabinoïdes peuvent empêcher le cancer, réduire les crises cardiaques de 66% et le diabète insulino-dépendant de 58%. Cannabis clinicien Dr William Courtney recommande de boire 4 – 8 onces de fleur crus et jus de feuilles d’une plante de chanvre, 5 mg de cannabidiol (CBD) par kg de poids corporel, une salade de chanvre graines germées et 50 mg de THC prises dans 5 doses quotidiennes.
« Si vous chauffez la plante, vous décarboxyler acide THC et vous obtiendrez élevé, vous » aurez votre 10 mg. Si vous ne chauffez pas, vous pouvez aller jusqu’à cinq ou six cents milligrammes et l’utiliser comme un Cannabis alimentaires. . . et pousser jusqu’aux niveaux anti-oxydantes et neuro-protecteur qui entrent en jeu dans des centaines de milligrammes « , a déclaré le Dr William Courtney.
«La quantité de cannabinoïdes dont nous avons besoin serait difficile de passer à travers le cannabis fumé sans ressentir les effets enivrants», a déclaré Kristen Courtney.
Le système endocannabinoïde (ECS) maintient nos systèmes biologiques en régulant chaque tissu cellulaire. Il utilise de l’acide arachidonique / Omega 6 pour faire endocannabinoïdes: molécules grasses qui communiquent mal entre les cellules. Cannabis alimentaire imite l’ECS en fournissant des cannabinoïdes quand il ya une carence en acide arachidonique ou clinique déficit de cannabinoïdes.
Les patients atteints de cancer en phase terminale ont besoin de manger également les bourgeons de la plante

Pour préparer les feuilles d’un presse-agrumes, éviter le rinçage – les tremper dans l’eau pendant 5 minutes.
les Centrifugeuses mastiqueuses sont efficaces pour les feuilles, les bourgeons et les pousses. Une centrifugeuse peut avoir besoin de légumes supplémentaires pour couper les fibres.
Afin de préserver le jus de remplissage des conteneurs pour que l’air est réduite au minimum, une dose de jus congelé dans un bac à glaçons conserve une valeur médicinale.
Le cannabis est une drogue de classe B qui est illégal d’avoir, donner ou vendre. «Si cannabis ont été découverts dans une forêt tropicale amazonienne aujourd’hui, les gens seraient grimpaient à utiliser autant que possible sur les avantages potentiels de l’usine», a déclaré Donald L. Abrams, MD, chef d’hématologie et d’oncologie à San Francisco General Hospital et professeur de médecine à l’Université de Californie. Dr. Abrams est largement connu pour ses recherches sur les applications de cannabis médical. «Malheureusement, il porte en lui une longue,très longue histoire d’une plante persécutée», at-il ajouté.
Marco Torresis un spécialiste de recherche, écrivain et défenseur des consommateurs pour les modes de vie sains. Il est diplômé en santé publique et sciences de l’environnement et est un conférencier professionnel sur des sujets tels que la prévention de la maladie, les toxines environnementales et politiques de la santé

Les nuits attiques / Aulu-Gelle

Par défaut

 

Les Nuits attiques, Tome I

Livres I-IV

Contrairement à ce que pourrait évoquer le titre, Les Nuits attiques d’Aulu-Gelle n’ont rien de poétique ni de licencieux: l’expression désigne tout simplement le travail intellectuel qui se pratiquait à la lampe, pendant les longues nuits d’hiver, à une époque où le jour se terminait avec le coucher du soleil. Quant au terme « attique », il renvoie au contexte géographique de rédaction: Aulu-Gelle commence son projet lors du voyage qu’il fit en Grèce dans sa jeunesse. L’ouvrage se présente sous la forme de chapitres brefs, sans lien, où l’auteur, au gré de sa fantaisie et de son immense érudition, traite de sujets aussi variés que des querelles entre Pyrrhoniens et Académiciens, de la définition grammaticale du barbarisme, du statut des femmes ou encore des mœurs étranges des peuples exotiques. Véritable panorama des savoirs, il constitue pour nous un formidable document sur la vie culturelle à l’époque des Antonins.

Notre édition présente en quatre volumes la partie achevée des Nuits Attiques. L’introduction fait le point sur les différentes hypothèses relatives à l’auteur sur lequel, malheureusement, nous n’avons guère d’informations, et tranche en faveur de la datation suivante: Aulu-Gelle serait né aux alentours de 115, aurait composé ses Nuits Attiques à partir de 146 et serait mort en 158. Erudit, il aurait fréquenté Fronton et Favorinos et aurait attaché un soin tout particulier à l’éducation de ses enfants. La question des sources ainsi que celle du mode de composition des Nuits Attiques sont analysées avec soin, tandis que l’histoire de la tradition manuscrite est relatée en détail. Des notes accompagnent la lecture et sont développées, en fin d’ouvrage, par des notes complémentaires.

Editions : Les Belles Lettres /

Langues français, latin

Support Livre broché

Nb de pages LXV – 456 p.

ISBN-10 2-251-01016-5

ISBN-13 978-2-251-01016-8

GTIN13 (EAN13) 9782251010168 /Texte établi et traduit par R. Marache. 2e tirage

Livre broché – Multilangue 35,50 €

Un maquereau sur le feu (adages d’Erasme / extraits)

Par défaut

Extrait des adages d’Erasme /  Adage 1112 / page 89, 90 / volume 2

    » Un maquereau sur le feu. « 

Proverbe relatif à ce qui est éphémère et se consume rapidement, ou à ce que l’on réalise sans peine et dans l’instant.

En effet, le maquereau est un type de poisson blanc à la chair tendre qui cuit sitôt qu’on l’a mis sur le feu. C’est pourquoi comme le précise Athénée au livre 13, on désignait certaines courtisanes du nom de « maquerelles », parce qu’elles avaient le teint pâle, qu’elles étaient frêles et qu’elles avaient de grands yeux, tels les maquereaux en effet.

Par ailleurs, on les fait frire en les trempant dans l’huile bouillante.

Aussi y a-t-il un autre proverbe grec : L’huile est un honneur pour les maquereaux.

En effet, sitôt en contact avec l’huile bouillante,les voilà déjà cuits, si bien qu’ils crépitent dans l’huile et que, dès leur cuisson terminée, on les retire de la poêle. Suidas indique qu’on appelle aussi ce poisson aphron, c’est à dire « écume »,à cause de sa couleur blanche, ou encore éngraülus (anchois) et il en recense de très nombreuses variétés.

Selon Arhénée, livre 7, certains appellent aussi ce poisson aphrûê, nom tiré de celui de l’écume (aphros), et il dit que, pour cette raison, il était consacré à Venus.

En effet, dans leurs fables, les poètes font naître cette déesse dans l’écume de la mer.

Ce même Athénée donne comme source des indications ci dessus Clèarque, et il ajoute encore que le proverbe était utilisé sous la forme qui suit : Le maquereau à vu le feu, comme si la seule vue du feu suffisait à le faire cuire.

C’est pourquoi, si une jeune fille désormais en âge de se marier s’embrasse dès lors qu’elle a vu le garçon qui lui est promis, il conviendra de dire : Ide pür aphüa (le maquereau a vu le feu)…………………………….

…………………….

Attention ne tombez pas sur Fesses-noires !

Par défaut

Voici ce que j’ai lu dans les adages d’Erasme.(extrait)

Ne tombe pas sur Fesses-noires

Cet adages s’adresse aux hommes débauchés et malfaisants qui font du mal aux autres.

Il signifie la menace qu’un jour ils tombent sur quelqu’un qui punira leurs méfaits.

Cet adage est utilisé par Philostrate dans le livre 2 de la Vie d’Apollonios  «  C’était peut être tombé sur Fesses-noires »

Aristophane dans Lysistrata : Et Myronidès arriva, cet homme hirsute,Pour tous ses ennemis, vrai Fesses-noire.

Le mot est utilisé pour designer quelqu’un qui venge et punit.

Mélampügos désigne en grec quelqu’un qui a les fesses noires. C’est un des surnoms que l’on connaît à Hercule, parce qu’il n’épilait pas cette partie de sa personne, comme on le faisait en Lydie ; ses fesses n’étaient pas blanches comme celles des efféminés, mais hirsutes et couvertes de poils noirs.

Les grecs appellent pügargous (fesses-claires), ou

leükopügous (fesses-blanches),les hommes voluptueux et inaptes au combat, ainsi que ceux qui mènent une vie dissolue, en inversement, ils avaient coutume d’appeler mélampügous (fesses-noires), les hommes forts et vaillants, selon le commentateur de Lycophron.

Ce dernier nous apprend que la maxime existe aussi sous cette forme. « Tu n’es pas encore tombé sur Fesses-noires. » On pense que le proverbe vient de l’histoire que nous allons raconter, tirée pour partie de Suidas, pour partie des commentaires de Grégoire de Naziance.

Il était une fois deux frères qui sévissaient alentour contre tous en commentant toute sortes de méfaits ; leur nature violente leur valut d’être appelés l’un Passalus et l’autre Achémon, ou selon d’autres, Acmon.

Lorsque leur mère Sennonis apprit les violences qu’il perpétraient partout, elle leur conseilla de prendre garde à «  ne pas tomber un jour sur Fesses-noires » Or voilà qu’Hercule dormait sous un arbre contre lequel il avait posé ses armes.

Les Cercopes ou Perperi (on trouve les deux noms) arrivèrent et tentèrent d’attaquer Hercule qui dormait avec ses propres armes.

Il repéra immédiatement leur manœuvre, les attrapa, les attacha et les suspendit derrière son dos à sa massue, comme des lièvres, et les transportait de cette façon.

Alors qu’ils pendaient la tête en bas, avaient vue sur le postérieur d’Hercule, tout hirsute et couvert de poils noirs.

Ils se souvinrent de l’avertissement de leur mère et en parlèrent entre eux.

Lorsque Hercule les entendit, il fut ravi de son nouveau surnom, il éclata de rire, les libéra et les renvoya.

(extrait tiré des adages d’Erasme /  extrait de l’adage 1043, page 42 et 43, volume 2)

 Les Adages  :Auteur Érasme (1469 – 1536) Coordination éditoriale de Jean-Christophe Saladin /Collection Miroir des humanistes

Date de première publication du titre 15 décembre 2011/ ISBN-10 2-251-34605-8   /ISBN-13 978-2-251-34605-2/Nb de pages 5440/ prix: 425

Les adages d’Erasme ( extrait)

Par défaut

Voilà ce que je lis dans un extrait des adages d’Erasme. (lesquelles furent rédigées entre les années 1500 et 1536) Donc rien de bien nouveau sous le Soleil.

╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠╠

Mais de nos jours la rage de posséder est allée si loin qu’il n’y a plus rien de profane ou de sacré dans la nature qui ne soit devenu une source de revenus, non seulement chez les princes, mais aussi chez les prêtres.

Autrefois même sous les tyrans – ils étaient alors fort rudimentaires et n’avaient pas encore bien saisi la nature de la tyrannie – il existait des choses communes à tous, comme les mers, les fleuves, les voies publiques, les bêtes sauvages. Aujourd’hui certains aristocrates, se prenant pour seuls êtres humains qui soient, ou plutôt pour des dieux, prétendent tout s’approprier.

Pour satisfaire les caprices d’un truand scandaleusement effronté, le matelot scandaleusement pauvre doit changer de route, même à ses risques et périls, et «  tout accomplir,tout endurer » : Le malheureux aurait trop peu à faire avec les vents et les marées si de telles tempêtes ne venaient s’en mêler !

(extrait de l’adage 812/ pages 611/ Volume 1)

Les Adages / Auteur Érasme (1469 – 1536)  Coordination éditoriale de Jean-Christophe Saladin

Date de première publication du titre 15 décembre 2011
Support Livre relié / ISBN-10 2-251-34605-8 / ISBN-13 978-2-251-34605-2

GTIN13 (EAN13) 9782251346052

Référence 41683

Date de publication du format 15 décembre 2011

Nb de pages 5440

Format 16 x 24 cm / prix 426 euros

22510100184530L